Économie: l’Asie de l’Est suscite l’espoir

Au quatrième trimestre, en raison de la hausse des cas de coronavirus, l’Europe et les États-Unis doivent une nouvelle fois s’attendre à des résultats économiques en baisse. L’Asie de l’Est semble en revanche avoir dépassé la crise, offrant une lueur d’espoir pour la conjoncture globale.

  • Durant l’été, le commerce de détail suisse a connu un essor important, qui touche désormais à sa fin selon les indicateurs en temps réel. Le ralentissement s’est amorcé dès la remontée du nombre de cas de coronavirus, avant même l’annonce par le Conseil fédéral en octobre de nouveaux durcissements des restrictions. Cela montre une nouvelle fois que le ressenti de la population a une influence aussi importante sur le comportement d’achat que les restrictions imposées.

    Contrairement au commerce de détail, l’industrie n’a pas connu d’essor estival. Depuis l’été 2018 déjà, la demande ne cessait de décliner. Le coronavirus a encore aggravé la situation. Ces deux dernières années, le secteur des machines, de l’électronique et de la métallurgie a perdu près de 30% de son volume de commandes. Aucun signe de reprise durable prochaine ne se profile à l’heure actuelle. Le climat d’investissement reste sombre.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance annuelle effective du produit intérieur brut (PIB) suisse depuis 1995, sa tendance à long terme ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à environ 1%. Toutefois, cet indicateur ne tient pas compte de l’ampleur globale de la crise et est actuellement trop optimiste.
    Source: Bloomberg
  • Au troisième trimestre, les États-Unis ont convaincu avec une croissance du PIB de 7,4% par rapport au trimestre précédent. En comparaison annuelle, les résultats économiques se situent encore environ 3% sous la valeur précédente. L’écart par rapport au niveau d’avant la crise est donc plus faible aux États-Unis que dans presque tous les pays européens. Concernant les chiffres du commerce de détail, les États-Unis ont à nouveau surpris avec une croissance annuelle importante de 5,4% en septembre.

    Malgré les tensions politiques et le nombre de cas de coronavirus toujours élevé, les résultats économiques américains ont donc été étonnamment robustes jusqu’ici. Mais tout ne va pas pour le mieux, comme en témoignent les sondages réalisés auprès des consommateurs, qui ont encore baissé en novembre, alors qu’ils partaient déjà d’un niveau bas. Les statistiques relatives au marché du travail montrent que le nombre des actifs à bas salaires se situe toujours 20% sous le niveau d’avant la crise – une situation qui pourrait susciter des tensions.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance du PIB américain réel, sa tendance à long terme ainsi qu’un climat conjoncturel avancé à partir du milieu des années 1990. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à environ 3%. Toutefois, cet indicateur ne tient pas compte de l’ampleur globale de la crise et est actuellement beaucoup trop optimiste.
    Source: Bloomberg
  • La France et l’Italie, qui ont enregistré une forte baisse de leus résultats économiques au deuxième trimestre, ont connu une reprise tout aussi importante au troisième trimestre. L’écart par rapport au niveau d’avant la crise se situe actuellement encore à environ –4%. Il est donc comparable à celui de l’Allemagne, qui a été nettement moins touchée par la pandémie. Aujourd’hui, la situation est beaucoup plus difficile en Espagne et en Grande-Bretagne, où la différence est encore de près de 10%. L’Espagne a souffert de la désaffection des touristes et la Grande-Bretagne d’un confinement strict et long, ainsi que des incertitudes liées au Brexit.

    Le nombre de cas augmente sensiblement presque partout en Europe à l’heure actuelle et de nouvelles mesures strictes sont prononcées contre le coronavirus. C’est pourquoi une croissance trimestrielle négative généralisée est une nouvelle fois attendue pour les trois derniers mois de l’année.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique illustre la croissance du PIB réel et sa tendance ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel pour la zone euro depuis 1995. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à environ 0%. Toutefois, cet indicateur ne tient pas compte de l’ampleur globale de la crise et est actuellement trop optimiste.
    Source: Bloomberg
  • Les pays d’Asie de l’Est sont actuellement les seuls au monde à pouvoir présenter des résultats économiques supérieurs à ceux d’avant la crise. Au troisième trimestre, la Chine est en tête avec une croissance annuelle de 4,9%, suivie par Taïwan et le Vietnam. En Corée du Sud et en Malaisie, la croissance annuelle n’est plus que légèrement négative. Contrairement à l’Europe et aux États-Unis, l’Asie de l’Est présente jusqu’à maintenant un nombre de cas très faible et stable, qui lui a permis de se passer de nouvelles mesures contre le coronavirus. La région offre ainsi une lueur d’espoir au monde entier.

    Les pays d’Amérique latine, en revanche, sont très éloignés de la normalité, même si le nombre de cas se stabilise actuellement. Au troisième trimestre également, le PIB y sera encore inférieur de 8% et plus à la valeur de l’année précédente.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance du PIB réel, sa tendance ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel pour une moyenne de pays émergents depuis 1995. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à environ 5%. Toutefois, cet indicateur ne tient pas compte de l’ampleur globale de la crise et est actuellement beaucoup trop optimiste.
    Source: Bloomberg

Données conjoncturelles mondiales

IndicateursSuisse   États-UnisZone euro  Grande-BretagneJapon   Inde      Brésil    Chine
Indicateurs
PIB A/A 2020T2
Suisse   
–8,3%
États-Unis
–9,0%
Zone euro  
–14,8%
Grande-Bretagne
–21,5%
Japon   
–10,2%
Inde      
–23,9%
Brésil    
–11,4%
Chine
3,2%
Indicateurs
PIB A/A 2020T3
Suisse   
États-Unis
–2,9%
Zone euro  
–4,4%
Grande-Bretagne
–9,6%
Japon   
–5,8%
Inde      
Brésil    
Chine
4,9%
Indicateurs
Climat conjoncturel
Suisse   
+
États-Unis
Zone euro  
Grande-Bretagne
Japon   
+
Inde      
+
Brésil    
+
Chine
+
Indicateurs
Croissance tendancielle
Suisse   
1,4%
États-Unis
1,6%
Zone euro  
0,8%
Grande-Bretagne
1,6%
Japon   
1,0%
Inde      
5,0%
Brésil    
1,0%
Chine
4,3%
Indicateurs
Inflation
Suisse   
–0,6%
États-Unis
1,2%
Zone euro  
–0,3%
Grande-Bretagne
0,5%
Japon   
0,2%
Inde      
7,6%
Brésil    
3,9%
Chine
0,5%
Indicateurs
Taux directeurs
Suisse   
–0,75%
États-Unis
0,25%
Zone euro  
0,00%
Grande-Bretagne
0,10%
Japon   
–0,10%
Inde      
4,00%
Brésil    
2,00%
Chine
4,35%
Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Merci pour l’évaluation
Évaluer l’article