Économie: les consommateurs ne renoncent pas à acheter mais modifient leur comportement.

Les chiffres actuels de la croissance s’avèrent être une bonne surprise. Contrairement au premier semi-confinement, les consommateurs n’épargnent pas l’argent qu’ils ne dépensent pas en raison des restrictions liées aux mesures contre le coronavirus, mais ils le dépensent là où c’est encore possible, ce qui soutient la conjoncture.

  • En mars dernier, rares sont ceux qui auraient parié que l’année 2020 serait fructueuse pour le commerce de détail suisse. Pourtant, depuis mai 2020 les chiffres d’affaires ont toujours dépassé ceux de l’année précédente, ce qui a permis de surcompenser les pertes conséquentes générées par le premier semi-confinement dans tous les secteurs. Les ventes de Noël ont elles aussi convaincu – les chiffres d’affaires en décembre, étaient supérieurs de près de 5% ceux de 2019. Comme l’industrie repartait à ce moment-là et qu’elle a été peu touchée par les nouvelles restrictions, le recul économique pour l’année 2020, de l’ordre de –3%, a été moins important qu’on ne le craignait au départ.

    Le secteur des services souffre actuellement des dernières restrictions. Mais au vu des chiffres de l’année passée, il est tout à fait possible que l’on assiste à nouveau à de forts effets de rattrapage cette année, dès que les mesures restrictives seront levées.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance annuelle effective du produit intérieur brut (PIB) suisse depuis 1995, sa tendance à long terme ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à environ 0%. Cet indicateur ne tient toutefois pas compte de l’ampleur globale de la crise et est actuellement trop optimiste.
    Source: Bloomberg
  • Du point de vue économique, les États-Unis ont mieux géré l’année 2020 que la zone euro (–3,5% vs –7,2%). Il n’y a pas eu de reconfinement en fin d’année, ce qui a permis à l’économie de poursuivre sur la voie de la reprise. La situation sur le marché du travail est moins réjouissante. Près de 10 millions de personnes sont toujours sans emploi, les personnes ayant de bas salaires sont particulièrement touchées par le chômage. Pour l’heure, aucune amélioration rapide n’est en vue sur le marché du travail.

    La reprise conjoncturelle devrait toutefois se poursuivre pour l’instant. Le président Joe Biden prévoit un vaste plan de relance de USD 1’900 milliards, comprenant notamment le versement d’une aide directe allant jusqu’à USD 1’400.– par personne. Ce plan serait déjà la troisième aide directe aux ménages depuis le début de la crise et devrait donner un nouvel élan à la consommation, malgré une situation difficile sur le marché de l’emploi.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance du PIB américain réel, sa tendance à long terme ainsi qu’un climat conjoncturel avancé à partir du milieu des années 1990. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait se situer prochainement autour de 3%. Toutefois, cet indicateur ne tient pas compte de l’ampleur globale de la crise et est actuellement beaucoup trop optimiste.
    Source: Bloomberg
  • La croissance économique de la zone euro a chuté de 0,7% au quatrième trimestre 2020. Le recul a été plus marqué en Autriche (–4,7%), où l’absence de tourisme hivernal s’est fait sentir. Mais au vu des circonstances, les grands pays, à savoir l’Italie (–2%), la France (–1,3%) et l’Allemagne (+0,1%), s’en sont mieux sortis que les prévisions ne le laissaient penser.

    Contrairement aux États-Unis, il faut encore s’attendre à une baisse de la croissance économique dans la zone euro au premier trimestre, en raison des mesures strictes contre le coronavirus, avant que la reprise ne puisse se poursuivre. En revanche, l’industrie est plus optimiste. L’indicateur de confiance relevé par Markit enregistre presque son niveau le plus haut en 3 ans, avec 54,8 points. Avec respectivement –0,1 et –1%, la production industrielle et les exportations ont déjà presque retrouvé leur niveau de l’année précédente.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique illustre la croissance du PIB réel et sa tendance ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel pour la zone euro depuis 1995. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait se situer prochainement autour de –1%. Toutefois, cet indicateur ne tient pas compte de l’ampleur globale de la crise et est actuellement beaucoup trop optimiste.
    Source: Bloomberg
  • L’année dernière, la Chine a affiché des taux de croissance impressionnants malgré le coronavirus. La croissance au quatrième trimestre était de 6,5%, comparé à l’année précédente, du moins selon les chiffres officiels. Mais les dernières mesures de confinement décidées en réaction à la réapparition locale du virus ont fait chuté brutalement les indicateurs avancés, à la fois pour l’industrie et pour le secteur des services ces deux derniers mois. Le Nouvel An chinois se déroule lui aussi dans des conditions bien différentes de d’habitude: Pékin a déconseillé aux citoyens de se rendre dans leurs familles. Cela montre bien que le véritable retour à la normale se fait attendre en Chine aussi.

    L’Inde, en revanche, peut compter sur une reprise solide cette année. Après avoir été fortement touchée par le coronavirus l’année dernière, l’Inde présente cette année des prévisions de croissance supérieures à celles de la plupart des autres pays industrialisés et émergents. Le gouvernement central a annoncé de généreuses mesures fiscales et l’industrie est optimiste.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance du PIB réel, sa tendance ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel pour une moyenne de pays émergents depuis 1995. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait se situer prochainement autour de 3%.
    Source: Bloomberg

Données conjoncturelles mondiales

IndicateursSuisse   États-UnisZone euroGrande-BretagneJapon   IndeBrésilChine
Indicateurs
PIB A/A 2020T3
Suisse   
–1,6%
États-Unis
–2,8%
Zone euro
–4,3%
Grande-Bretagne
–8,7%
Japon   
–5,8%
Inde
–7,5%
Brésil
–3,9%
Chine
4,9%
Indicateurs
PIB A/A 2020T4
Suisse   
n/a
États-Unis
–2,5%
Zone euro
–5,1%
Grande-Bretagne
–7,8%
Japon   
–1,2%
Inde
n/a
Brésil
n/a
Chine
6,5%
Indicateurs

Climat

conjoncturel

Suisse   
=
États-Unis
=
Zone euro
=
Grande-Bretagne
=
Japon   
+
Inde
+
Brésil
+
Chine
+
Indicateurs
Croissance tendancielle
Suisse   
1,4%
États-Unis
1,6%
Zone euro
0,8%
Grande-Bretagne
1,6%
Japon   
1,0%
Inde
5,0%
Brésil
1,0%
Chine
4,2%
Indicateurs
Inflation
Suisse   
–0,5%
États-Unis
1,4%
Zone euro
0,9%
Grande-Bretagne
0,6%
Japon   
–1,2%
Inde
4,1%
Brésil
4,6%
Chine
–0,3%
Indicateurs
Taux directeurs
Suisse   
–0,75%
États-Unis
0,25%
Zone euro
0,00%
Grande-Bretagne
0,10%
Japon   
–0,10%
Inde
4,00%
Brésil
2,00%
Chine
3,85%
Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Merci pour l’évaluation
Évaluer l’article