Économie: l’inflation bondit

Si les prix du pétrole et des matières premières ont chuté il y a un an en raison du COVID-19, les prix et l’économie mondiale se sont depuis rétablis, ce qui fait augmenter les taux d’inflation en comparaison annuelle. Certains pays émergents ont même dû relever leurs taux directeurs en raison des taux d’inflation élevés.

  • Du fait de la fermeture des magasins, le commerce de détail suisse enregistre un nouveau recul important de son chiffre d’affaires (-6,3% en comparaison annuelle). Mais les magasins ayant rouvert le 1er mars, on peut comme l’an dernier s’attendre à un fort effet de rattrapage. Grâce à ces réouvertures, le repli de la croissance économique sera moindre au premier trimestre que les prévisions ne le faisaient craindre initialement. L’indicatif relatif à l’activité économique hebdomadaire publié par le SECO révèle une croissance négative au premier trimestre qui n’est «plus que» de -0,5%. Le chômage, corrigé des effets saisonniers, a créé la surprise en mars en reculant de 3,4 à 3,3%. Quant au taux d’inflation, il s’élève à -0,2%. Bien que les prix soient appelés à augmenter dans un futur proche, l’inflation en Suisse demeure très faible en comparaison internationale.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance annuelle effective du produit intérieur brut (PIB) suisse depuis 1995, sa tendance à long terme ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à environ 0%.
    Source: Bloomberg
  • Le chiffre d’affaires du commerce de détail américain a augmenté en mars de 9,8% par rapport au mois précédent, atteignant ainsi un nouveau record. La production industrielle, qui progresse de 1% en comparaison annuelle, a dépassé son niveau d’avant la crise. Contrairement à l’Europe, les États-Unis ont donc largement surmonté la crise du COVID-19 sur le plan conjoncturel. 

    L’horizon est dégagé, ou presque, pour le pays. L’indice ISM Manufacturing, qui mesure le climat de confiance pour l’industrie, a atteint en mars son plus haut niveau depuis 1983. Seul le chômage dépasse encore, et de loin, son niveau d’avant la crise. Mais la tendance est elle aussi à la reprise avec près d’un million d’emplois créés en mars. L’inflation a fait un bond en mars, passant de 1,7% à 2,6%. Tant qu’elle ne dépasse que temporairement la barre des 2%, il ne faut pas s’attendre à ce que la Réserve fédérale,  la banque centrale américaine, relève ses taux.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance du PIB américain réel, sa tendance à long terme ainsi qu’un climat conjoncturel avancé à partir du milieu des années 1990. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à près de 5%. Du fait de la pandémie, elle sera cependant nettement en deçà de notre indicateur au premier trimestre et largement au-dessus au deuxième trimestre.
    Source: Bloomberg
  • Comme aux États-Unis, l’industrie reprend confiance dans la zone euro – l’indicateur correspondant a d’ailleurs atteint en mars un niveau inégalé depuis 24 ans. La situation est cependant radicalement différente dans le secteur des services. Du fait des nouvelles mesures prises contre le coronavirus, le chiffre d’affaires du commerce de détail en mars 2021 était inférieur de 3% à celui du mois de mars 2020, déjà faible. On remarque en outre que l’économie des pays d’Europe centrale et d’Europe de l’Est souffre actuellement autant que celle des pays du Sud de l’Europe, qui, en 2020, étaient encore beaucoup plus touchés par la crise. En comparaison annuelle, le chiffre d’affaires du commerce de détail a reculé aussi fortement en mars en Allemagne (-5,3%) qu’en Italie (-5,6%), alors qu’il était positif en France, avec 1,6%. 

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique présente la croissance du PIB réel et sa tendance ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel pour la zone euro depuis 1995. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à environ 1%. Du fait de la pandémie, elle sera cependant nettement en deçà de notre indicateur au premier trimestre et largement au-dessus au deuxième trimestre.
    Source: Bloomberg
  • Selon les chiffres officiels, la croissance économique chinoise a progressé au premier trimestre de 0,6% par rapport au trimestre précédent. En dépit d’un marché dynamique, la Chine ne parvient toujours pas à renouer avec les taux de croissance élevés qu’elle affichait avant la crise. Au premier trimestre, le gouvernement chinois a réagi à la réapparition locale du COVID-19 en prenant des mesures drastiques. De plus, il a recommandé à la population de ne pas se déplacer durant les fêtes du Nouvel An chinois. La consommation a beau repartir, elle n’a pas encore retrouvé son niveau antérieur à la pandémie.

    Au Brésil, pays ravagé par un nouveau variant du COVID-19, le climat s’est considérablement détérioré ces derniers temps. L’indice mesurant le moral de l’industrie a baissé de 58,4 à 52,8 points, celui du secteur des services de 47,1 à 44,1 points. Malgré cette situation difficile, aucune intervention n’est à attendre au niveau de la politique monétaire. Par ailleurs, la Banque centrale brésilienne s’est vue contrainte de relever son taux directeur de 2% à 2,75% du fait d’une inflation élevée (atteignant dernièrement 6,1%) et d’une devise qui perd de la valeur. 

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance du PIB réel, sa tendance ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel pour une moyenne de pays émergents depuis 1995. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à environ 4%. En raison des effets de la pandémie qui pèsent sur le PIB chinois, elle sera cependant nettement au-delà de notre indicateur au premier trimestre.
    Source: Bloomberg

Données conjoncturelles mondiales

IndicateursSuisseÉtats-UnisZone euroGrande-BretagneJaponIndeBrésilChine
Indicateurs
PIB A/A 2020T3
Suisse
-1,6%
États-Unis
-2,4%
Zone euro
-4,9%
Grande-Bretagne
-7,3%
Japon
-1,4%
Inde
0,4%
Brésil
-1,1%
Chine
6,5%
Indicateurs
PIB A/A 2021T1
Suisse
 
États-Unis
 
Zone euro
 
Grande-Bretagne
 
Japon
 
Inde
 
Brésil
 
Chine
18,3%
Indicateurs
Climat conjoncturel
Suisse
=
États-Unis
+
Zone euro
=
Grande-Bretagne
+
Japon
=
Inde
+
Brésil
=
Chine
+
Indicateurs
Croissance tendancielle
Suisse
1,4%
États-Unis
1,6%
Zone euro
0,9%
Grande-Bretagne
1,6%
Japon
1,0%
Inde
5,0%
Brésil
1,0%
Chine
4,2%
Indicateurs
Inflation
Suisse
-0,2%
États-Unis
2,6%
Zone euro
1,3%
Grande-Bretagne
0,4%
Japon
-0,4%
Inde
5,5%
Brésil
6,1%
Chine
0,4%
Indicateurs
Taux directeurs
Suisse
-0,75%
États-Unis
0,25%
Zone euro
0,00%
Grande-Bretagne
0,10%
Japon
-0,10%
Inde
4,00%
Brésil
2,75%
Chine
3,85%
Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Merci pour l’évaluation
Évaluer l’article