Économie: Un automne sombre également pour la conjoncture

Les perspectives des consommateurs et des entreprises continuent de s’assombrir. L’activité économique devrait nettement ralentir au cours des prochains trimestres.

  • Une fois de plus, la Suisse a enregistré des taux de croissance positifs au deuxième trimestre. Même si la croissance de 0,3%  sur le trimestre et de 2,4%  en comparaison annuelle n’a pas atteint les valeurs de la zone euro, nous avons au moins pu constater une certaine normalisation dans les secteurs précédemment touchés par les mesures de lutte contre la pandémie. À l’inverse, le commerce de détail, le secteur de la construction, mais aussi les prestataires de services financiers ont enregistré des taux de croissance négatifs. Si les taux d’inflation continuent à augmenter dans les mois à venir, nous devons nous attendre à une perte accrue du pouvoir d’achat des consommateurs et donc à des taux de croissance plus faibles. En particulier en début d’année 2023, la combinaison de la hausse des prix du gaz et de l’électricité et de la nette augmentation des primes d’assurance maladie devrait clairement freiner la consommation privée.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance annuelle effective du produit intérieur brut (PIB) suisse depuis 1995, sa tendance à long terme ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir autour de 1,0%.
  • Aux États-Unis également, les indicateurs conjoncturels laissent penser qu’il faut s’attendre une nouvelle fois à une croissance plus faible. Les entreprises se montrent plus prudentes au vu de la très faible croissance réelle des commandes et les consommateurs réagissent à l’évolution désormais clairement négative des revenus corrigés de l’inflation. L’épargne des ménages, qui avait augmenté grâce aux soutiens généreux accordés lors de la crise du coronavirus, est en train de fondre peu à peu. Ainsi, le mois dernier a vu une nette augmentation du nombre de personnes à la recherche d’un emploi. Cependant, avec des taux de croissance des salaires supérieurs à  5%, l’inflation, qui reste élevée, risque de durer.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance du PIB américain réel, sa tendance à long terme ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel à partir du milieu des années 1990. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à près de 2%.
  • De notre point de vue, l’Europe reste actuellement la région économique qui suscite le plus d’inquiétudes. Contrairement aux États-Unis, le Vieux Continent ne semble pas encore avoir atteint son pic d’inflation. Cette situation est principalement due à la hausse continue des prix du gaz et de l’électricité et à l’inflation extrêmement élevée des prix à la production, mais s’explique aussi par le fait que l’économie européenne, contrairement à celle de l’Amérique, a enregistré une croissance jusqu’à présent. En Allemagne, nous devons même nous attendre à des taux d’inflation supérieurs à 10%  dans les mois à venir. Étant donné qu’une compensation de telles valeurs par le biais des salaires semble exclue, nous assisterons également dans la zone euro, comme en Suisse, à un net recul de la demande privée en hiver. 

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique présente la croissance du PIB réel et sa tendance ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel pour la zone euro depuis 1995. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à plus de 1%.
  • L’économie chinoise n’est toujours pas parvenue à reprendre pied le mois dernier. Le moral des entreprises reste contrasté et le climat de consommation est tombé à un niveau sans précédent. Une nouvelle baisse des taux d’intérêt et une nette dévaluation du yuan devraient désormais faire souffler sur la conjoncture le vent favorable dont elle a tant besoin. Par ailleurs, le président chinois Xi Jinping devrait être confirmé dans ses fonctions en novembre à une large majorité. Il n’est toutefois pas certain que l’économie chinoise puisse à nouveau afficher une croissance positive tant que le gouvernement s’en tiendra à sa stricte stratégie «zéro covid». Dans l’intervalle, la hausse de l’inflation a quelque peu ralenti, ce qui indique également que l’économie ne fait que piétiner.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance du PIB réel, sa tendance ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel pour une moyenne de pays émergents depuis 1995. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à plus de 4%.

Données conjoncturelles mondiales

IndicateursSuisseÉtats-UnisZone euroRoyaume-UniJapon    IndeBrésilChine
Indicateurs
PIB A/A 2022T1
Suisse
4,4%
États-Unis
3,5%
Zone euro
5,4%
Royaume-Uni
8,7%
Japon    
0,6%
Inde
4,1%
Brésil
1,7%
Chine
4,8%
Indicateurs
PIB A/A 2022T2
Suisse
2,4%
États-Unis
1,7%
Zone euro
4,1%
Royaume-Uni
2,9%
Japon    
1,6%
Inde
13,5%
Brésil
3,2%
Chine
0,4%
Indicateurs
Climat
conjoncturel
Suisse
États-Unis
Zone euro
Royaume-Uni
Japon    
Inde
Brésil
Chine
-
Indicateurs
Croissance tendancielle
Suisse
1,4%
États-Unis
1,6%
Zone euro
0,8%
Royaume-Uni
1,7%
Japon    
1,1%
Inde
5,1%
Brésil
1,3%
Chine
4,0%
Indicateurs
Inflation
Suisse
3,5%
États-Unis
8,3%
Zone euro
9,1%
Royaume-Uni
9,9%
Japon    
2,6%
Inde
7,0%
Brésil
8,7%
Chine
2,5%
Indicateurs
Taux directeurs
Suisse
0,5%
États-Unis
3,09%
Zone euro
1,25%
Royaume-Uni
2,25%
Japon    
–0,10%
Inde
5,40%
Brésil
13,75%
Chine
4,35%

Source: Bloomberg

Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Merci pour l’évaluation
Évaluer l’article