Économie: l’inflation presse les banques centrales à agir

Les banques centrales ont longtemps ignoré l’inflation élevée. Elles doivent à présent prendre des mesures encore plus fortes pour parvenir à la maîtriser de nouveau.

  • Le boom des exportations de produits pharmaceutiques se poursuit également cette année. Les exportations pharmaceutiques ont encore augmenté de 27% au mois de février, offrant à la Suisse ce qui est de loin son plus gros excédent de balance commerciale. Le secteur des services a également été marqué par une dynamique positive. Avec une nouvelle hausse de 0,3% en février, les chiffres d’affaires réels du commerce de détail restent environ 5% au-dessus de leur niveau d’avant la pandémie. En revanche, l’évolution de l’inflation, qui a progressé en Suisse aussi, est un point négatif. 91% des entreprises industrielles et 77% des entreprises de services indiquent qu’elles doivent actuellement payer des prix d’achat plus élevés. Étant donné que les entreprises répercutent une partie de ces hausses de prix sur la clientèle, il faut s’attendre à ce que l’inflation, qui s’élève actuellement à 2,4%, continue à augmenter.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance annuelle effective du produit intérieur brut (PIB) suisse depuis 1995, sa tendance à long terme ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à environ 3,5%.
    Source: Bloomberg
  • Malgré la guerre en Ukraine, les entreprises américaines font toujours d’un optimiste supérieur à la moyenne dans les sondages. En revanche, le climat de consommation s’est nettement détérioré au mois de mars. Cela ne traduit pas une inquiétude liée à la situation sur le marché du travail, puisque les entreprises américaines recherchent désespérément de la main d’œuvre, mais plutôt la crainte des consommateurs que l’inflation élevée ne vienne réduire leur pouvoir d’achat. Si le moral des consommateurs américains reste aussi faible au cours des prochains mois, il faudra y voir un signal d’alarme, car, d’un point de vue historique, il s’est toujours avéré être un indicateur fiable de récession. La situation est également compliquée par le fait que la banque centrale américaine, qui prévoit plusieurs hausses des taux directeurs cette année et souhaite réduire son bilan à partir de mai.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance du PIB américain réel, sa tendance à long terme ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel à partir du milieu des années 1990. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait se situer prochainement autour de 2,5%.
    Source: Bloomberg
  • Au mois de mars, la zone euro a enregistré avec 7,5% l’inflation la plus élevée depuis sa création. Il y a donc lieu de s’inquiéter du fait de la nouvelle et récente accélération de l’inflation. En effet, les prix ont augmenté en mars de 2,5% par rapport au mois de février. La Banque centrale européenne a jusqu’à présent annoncé qu’elle n’envisagerait une hausse des taux directeurs qu’à l’automne. Il est bien possible qu’elle soit contrainte de réajuster ses taux plus tôt, en raison de la forte dynamique inflationniste. Conséquence de l’inflation élevée et de la guerre qui se déroule à ses portes, la dégradation du climat de consommation a été encore plus marquée dans la zone euro qu’aux États-Unis. Malgré l’inflation élevée, la conjoncture devrait toutefois encore évoluer de manière positive à court terme, car la fin de la pandémie a permis d’insuffler une atmosphère de renouveau dans le secteur des services.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique illustre la croissance du PIB réel et sa tendance ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel pour la zone euro depuis 1995. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à plus de 2,5%.
    Source: Bloomberg
  • Le gouvernement chinois s’est fixé pour l’année 2022 un objectif de croissance économique de 5,5%. Si cet objectif n’est pas ambitieux à l’échelle de la Chine, le pays risque toutefois de ne pas y arriver, et ce pour différentes raisons: le nombre élevé de cas de COVID-19 et les mesures strictes prises par le gouvernement pour y remédier. Après Shenzhen, Shanghai, autre centre économique majeur, est actuellement soumis à un confinement. On peut toutefois cette année s’attendre à une plus grande stimulation de la part du gouvernement. En effet, le président Xi Jinping va briguer un troisième mandat à l’automne et tentera d’ici là de stabiliser la croissance. Dans d’autres pays émergents en revanche, la flambée des prix des matières premières et des denrées alimentaires sont source d’incertitudes. Alors que le Pakistan a sombré dans un chaos politique en raison des hausses de prix, des manifestations de grande ampleur ont lieu actuellement au Pérou.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance du PIB réel, sa tendance ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel pour une moyenne de pays émergents depuis 1995. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à environ 3,5%.
    Source: Bloomberg

Données conjoncturelles mondiales

IndicateursSuisseÉtats-UnisZone euroGrande-BretagneJapon     IndeBrésilChine
Indicateurs
PIB A/A 2021T3
Suisse
3,8%
États-Unis
4,9%
Zone euro
4,0%
Grande-Bretagne
6,9%
Japon     
1,2%
Inde
8,5%
Brésil
4,0%
Chine
4,9%
Indicateurs
PIB A/A 2021T4
Suisse
3,7%
États-Unis
5,5%
Zone euro
4,6%
Grande-Bretagne
6,6%
Japon     
0,7%
Inde
5,4%
Brésil
1,6%
Chine
4,0%
Indicateurs
Climat
conjoncturel
Suisse
=
États-Unis
Zone euro
Grande-Bretagne
Japon     
+
Inde
+
Brésil
Chine
+
Indicateurs
Croissance
tendancielle
Suisse
1,4%
États-Unis
1,6%
Zone euro
0,8%
Grande-Bretagne
1,7%
Japon     
1,1%
Inde
5,1%
Brésil
1,2%
Chine
4,1%
Indicateurs
Inflation
Suisse
2,4%
États-Unis
7,9%
Zone euro
7,5%
Grande-Bretagne
6,2%
Japon     
0,9%
Inde
6,1%
Brésil
11,3%
Chine
0,9%
Indicateurs
Taux directeurs
Suisse
−0,75%
États-Unis
0,33%
Zone euro
0,00%
Grande-Bretagne
0,75%
Japon     
–0,10%
Inde
4,00%
Brésil
11,75%
Chine
4,35%

Source: Bloomberg

Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Merci pour l’évaluation
Évaluer l’article