Économie: revirement dans le climat conjoncturel mondial

La Chine et les États-Unis ont dépassé le point culminant de la reprise. Si la conjoncture européenne tourne encore à plein régime, le variant Delta pourrait toutefois venir contrecarrer ces plans.

  • Au second trimestre, l’économie suisse a profité des larges assouplissements dans les restrictions liées à la crise sanitaire. D’après l’indicatif relatif à l’activité économique hebdomadaire publié par le SECO, l’économie suisse atteignait en juin déjà 1% de plus qu’avant la crise. Le secteur des services en particulier se démarque par son optimisme. La situation favorable se ressent également sur le marché du travail: depuis le début de l’année, le taux de chômage enregistre un recul permanent, chutant encore à 2,8% en juin. Dans l’industrie en revanche, la reprise semble avoir déjà atteint son point culminant. Après un nouveau record au mois de mai, le moral des directeurs des achats a de nouveau légèrement baissé en juin. On observe ainsi une stabilisation de la dynamique, même si son niveau demeure très élevé.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance annuelle effective du produit intérieur brut (PIB) suisse depuis 1995, sa tendance à long terme ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à environ 2%. En raison des effets de la pandémie, elle sera cependant en deçà de notre indicateur au premier trimestre et largement au-dessus au deuxième trimestre.
    Source: Bloomberg
  • Au cours de ces derniers mois, la conjoncture américaine a affiché une dynamique de reprise impressionnante, réussissant à surmonter la crise économique liée au COVID-19 en moins d’une année. Si les perspectives économiques demeurent toujours très favorables, elles ne pourront cependant pas maintenir ce rythme soutenu. Les indicateurs avancés dans l’industrie annoncent déjà une normalisation des taux de croissance. Toutefois, la situation est toujours tendue sur le marché du travail américain. Au mois de mai, les mises au concours ont atteint de nouveaux sommets avec 9,2 millions de postes à pourvoir. Jusqu’à présent toutefois, aucune pression salariale ne s’est fait sentir à large échelle. En revanche, l’inflation des prix à la consommation a encore augmenté de 0,4 point de pourcentage, pour s’établir à 5,4%. L’évolution du prix des voitures d’occasion et de l’énergie reste le principal facteur de cette hausse.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance du PIB américain réel, sa tendance à long terme ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel à partir du milieu des années 1990. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à environ 4%. En raison des effets de la pandémie, elle sera cependant nettement supérieure à notre indicateur au deuxième trimestre.
    Source: Bloomberg
  • Au début de l’été, on a également assisté à la levée des dernières restrictions dans la zone euro, ce qui a permis à la reprise économique de s’accélérer. En effet, l’Europe, contrairement à la Chine et aux États-Unis, n’a pas encore réussi à réduire le fossé qui la sépare de son niveau antérieur à la crise. Le potentiel de reprise en est d’autant plus élevé. Ces derniers temps, les indicateurs avancés pour l’industrie et pour le secteur des services ont continué de progresser, renforçant ainsi la tendance à l’optimisme. Non seulement les commandes reçues par les entreprises industrielles enregistraient au mois de juin leur plus haut niveau depuis 21 ans, mais le comportement des consommateurs a également affiché un record qui n’avait été observé qu’en 1990, 2000 et 2018. Seule une éventuelle propagation plus large du variant Delta pourrait venir altérer le climat positif qui règne actuellement dans le secteur industriel. L’évolution des prix est sensiblement plus modérée dans la zone euro qu’aux États-Unis. Au mois de juin, le taux d’inflation annuel avait même légèrement reculé, passant de 2% à 1,9%. Il atteint ainsi l’objectif défini par la Banque centrale européenne.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique illustre la croissance du PIB réel et sa tendance ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel pour la zone euro depuis 1995. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait se situer prochainement autour de 4%. En raison des effets de la pandémie, elle sera cependant nettement supérieure à notre indicateur au deuxième trimestre.
    Source: Bloomberg
  • De nombreux pays émergents ont été fortement touchés par l’épidémie de coronavirus et par la récession qui s’en est suivie. Récemment, la propagation fulgurante du variant Delta a brutalement interrompu cette dynamique de reprise. L’Indonésie, la Corée, la Malaisie et la Russie notamment ont réintroduit des restrictions et des mesures de distanciation sociale, ce qui devrait compromettre la reprise économique.

    Si la Chine est restée jusqu’à présent épargnée par ce variant, la conjoncture du pays a également ralenti ces derniers temps. Au deuxième trimestre, la croissance économique ne s’élevait plus qu’à 7,9% par rapport à l’année précédente, où elle était déjà faible. Le gouvernement chinois a déjà commencé à contrer cette situation en continuant d’assouplir les exigences imposées aux banques pour les octrois de crédit. À l’inverse, les exportations continuent de croître fortement. En juin, la hausse s’est élevée à environ 32% par rapport à l’année précédente.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance du PIB réel, sa tendance ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel pour une moyenne de pays émergents depuis 1995. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait se situer prochainement autour de 5%. En raison des effets de la pandémie, elle sera cependant nettement supérieure à notre indicateur au deuxième trimestre.
    Source: Bloomberg

Données conjoncturelles mondiales

IndicateursSuisse    États-UnisZone euroGrande-BretagneJapon    IndeBrésilChine
Indicateurs
PIB A/A
2021T1
Suisse    
–0,5%
États-Unis
0,4%
Zone euro
–1,3%
Grande-Bretagne
–6,1%
Japon    
–1,6%
Inde
1,6%
Brésil
1,0%
Chine
18,3%
Indicateurs
PIB A/A
2021T2
Suisse    
n.a.
États-Unis
n.a.
Zone euro
n.a.
Grande-Bretagne
n.a.
Japon    
n.a.
Inde
n.a.
Brésil
n.a.
Chine
7,9%
Indicateurs
Climat
conjoncturel
Suisse    
+
États-Unis
+
Zone euro
+
Grande-Bretagne
+
Japon    
+
Inde
+
Brésil
+
Chine
Indicateurs
Croissance
tendancielle
Suisse    
1,4%
États-Unis
1,6%
Zone euro
0,8%
Grande-Bretagne
1,6%
Japon    
1,0%
Inde
5,0%
Brésil
1,1%
Chine
4,2%
Indicateurs
Inflation
Suisse    
0,6%
États-Unis
5,4%
Zone euro
1,9%
Grande-Bretagne
2,5%
Japon    
–0,1%
Inde
6,3%
Brésil
8,4%
Chine
1,1%
Indicateurs
Taux directeurs
Suisse    
–0,75%
États-Unis
0,10%
Zone euro
0,00%
Grande-Bretagne
0,10%
Japon    
–0,10%
Inde
4,00%
Brésil
4,25%
Chine
4,35%
Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Merci pour l’évaluation
Évaluer l’article