Économie: la conjoncture reste sur une pente descendante

La Chine est passée complètement à côté des objectifs de croissance qu’elle s’était fixés pour 2022 et a enregistré une croissance de 2,9% à la fin du quatrième trimestre. Tandis qu’aux États-Unis, l’ambiance se dégrade à vue d’œil pour les entreprises, l’Europe reprend son souffle, soulagée d’avoir pu éviter jusque-là les pires scénarios relatifs à la pénurie de gaz et d’électricité. Le pic de l'inflation semble être passé.

  • En comparaison internationale, l'évolution de la conjoncture suisse reste positive, même si nous devons, nous aussi, nous attendre à un très fort ralentissement de notre croissance. Le climat de la consommation demeure à un niveau plancher historique et les dépenses des ménages ont reculé en termes réels en décembre. Le moral des entreprises s’assombrit et, ces derniers temps, les carnets de commandes de l'industrie ne sont pas aussi remplis qu'espéré. Côté positif: la progression de l’inflation est beaucoup moins importante qu’à l’étranger. Si de nouvelles augmentations des taux directeurs et des hausses des taux d’intérêt hypothécaires en découleront probablement, elles ne devraient pas égaler celles intervenues aux États-Unis ou dans la zone euro. Cependant, le bas niveau de l’inflation menace à moyen terme de renforcer nettement la position du franc fort.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance annuelle effective du produit intérieur brut (PIB) suisse depuis 1995, sa tendance à long terme ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à 0,5%.
    Source: Bloomberg
  • En décembre, le taux d’inflation a une nouvelle fois reculé aux États-Unis, d’une part grâce à la baisse des prix du pétrole. d’autre part en raison du ralentissement économique qui semble à présent se confirmer. Les résultats du sondage mené auprès des industriels et des prestataires de services indiquent de toute évidence une contraction de la croissance économique. La production industrielle, l’utilisation des capacités de production ainsi que les carnets de commandes ont enregistré le mois dernier un net ralentissement. Seul le marché du travail continue à bien se porter, ce qui correspond toutefois à l’évolution historique de ce marché dans le pays. En effet, aux États-Unis, l'emploi ne recule généralement que lorsque le pays est entré en récession. Si le marché du travail se maintient et que la demande des consommateurs en biens reste fortement excédentaire, nous devons nous attendre à ce que la banque centrale américaine relève à nouveau ses taux directeurs.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance du PIB américain réel, sa tendance à long terme ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel à partir du milieu des années 1990. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir en dessous de 0%.
    Source: Bloomberg
  • L’inflation reste au cœur des préoccupations en Europe. Même si le taux d’inflation des prix à la consommation est passé sous la barre des 10% suite aux baisses tarifaires du pétrole et du gaz, le taux d'inflation pour les prix des autres biens et services courants a atteint 5,2%. Au regard de ces chiffres, la Banque centrale européenne devra sans doute relever encore de manière significative ses taux directeurs. Pour rappel: les taux du marché monétaire s'établissent seulement à 2,25% en ce moment. Les entreprises devraient quant à elles entrevoir une très modeste embellie, due sans doute à la baisse des prix de l’énergie et au fait que la pénurie d’électricité et de gaz a pu être évitée jusqu’à présent. Quoi qu’il en soit, le moral des entreprises et celui des consommateurs indiquent que la croissance demeurera négative à l'avenir.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique présente la croissance du PIB réel et sa tendance ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel pour la zone euro depuis 1995. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement stagner (0%).
    Source: Bloomberg
  • La conjoncture chinoise s’est à nouveau fortement dégradée. On sait désormais que la levée des mesures visant à lutter contre le COVID-19 a occasionné une propagation fulgurante du virus, ce qui a semble-t-il porté préjudice à la fois à la demande et à la production. L’effondrement du secteur des services, où l’indice de confiance relevé par l’État est en chute libre, et l'effondrement, encore plus frappant, du commerce extérieur, sont particulièrement impressionnant. La valeur nominale des exportations et des importations est négative pour le troisième mois consécutif. Si l’on considère que l’inflation sur les biens demeure élevée dans le monde entier, cela souligne l’ampleur de la chute de l’activité économique chinoise en termes réels – une situation qui pèse également sur le secteur de la construction.  

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance du PIB réel, sa tendance ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel pour une moyenne de pays émergents depuis 1995. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à plus de 4%.
    Source: Bloomberg

Données conjoncturelles mondiales

IndicateursSuisseÉtats-UnisZone euroRoyaume-UniJapon   IndeBrésilChine
Indicateurs
PIB A/A 2022T3
Suisse
2,2%
États-Unis
1,8%
Zone euro
4,2%
Royaume-Uni
4,0%
Japon   
1,6%
Inde
13,5%
Brésil
3,7%
Chine
0,4%
Indicateurs
PIB A/A 2022T4
Suisse
a.i.
États-Unis
a.i.
Zone euro
a.i.
Royaume-Uni
a.i.
Japon   
a.i.
Inde
a.i.
Brésil
a.i.
Chine
2,9%
Indicateurs
Climat conjoncturel
Suisse
États-Unis
Zone euro
Royaume-Uni
– 
Japon   
Inde
Brésil
Chine
Indicateurs
Croissance tendancielle
Suisse
1,3%
États-Unis
1,6%
Zone euro
0,8%
Royaume-Uni
1,7%
Japon   
1,1%
Inde
5,1%
Brésil
1,3%
Chine
4,0%
Indicateurs
Inflation
Suisse
2,8%
États-Unis
6,5%
Zone euro
9,2%
Royaume-Uni
10,7%
Japon   
3,8%
Inde
5,7%
Brésil
5,8%
Chine
1,8%
Indicateurs
Taux directeurs
Suisse
1,0%
États-Unis
4,5%
Zone euro
2,5%
Royaume-Uni
3,5%
Japon   
–0,1%
Inde
6,3%
Brésil
13,75%
Chine
4,35%

Source: Bloomberg

Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Merci pour l’évaluation
Évaluer l’article