Économie: l’économie chinoise fait face à de forts vents contraires

En Chine, les difficultés conjoncturelles perdurent. Les perspectives pour les États-Unis et l’Europe demeurent toutefois positives.

  • Au troisième trimestre également, la situation économique reste favorable en Suisse. Les conséquences de la pandémie sont encore perceptibles uniquement dans le secteur du tourisme, qui enregistre un nombre de visiteurs étrangers toujours inférieur au niveau d’avant la crise. Le marché du travail affiche lui aussi des chiffres encourageants. En août et en septembre, le taux de chômage a poursuivi le recul continu amorcé depuis le début de l’année pour s’établir récemment à 2,6%. Le climat de consommation a donc été favorable et les chiffres d’affaires du commerce de détail ont augmenté de 1,1% en août par rapport à juillet, se situant toujours 4% au-dessus de leur niveau antérieur à la crise. Tandis que la plupart des autres pays sont actuellement confrontés à la hausse des taux d’inflation, la Suisse arbore un taux d’inflation inchangé à 0,9% en septembre.

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance annuelle effective du produit intérieur brut (PIB) suisse depuis 1995, sa tendance à long terme ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à près de 4%. Du fait de la pandémie, elle sera inférieure à notre indicateur au troisième trimestre.
    Source: Bloomberg
  • Aux États-Unis, les perspectives conjoncturelles demeurent favorables. La consommation en particulier a soutenu la croissance dernièrement. En septembre, les chiffres d’affaires du commerce de détail ont progressé de 0,8%, après une évolution déjà très positive de +2% au mois d’août. Comparé à l’exercice précédent, la croissance s’élève à environ 14%. Dans l’industrie toutefois, des difficultés persistantes brident toujours la production. L’industrie automobile en particulier subit les effets de la pénurie de semi-conducteurs. L’inflation cristallise de plus en plus l’attention des acteurs du marché. Après avoir atteint 5,3% en août, le taux d’inflation s’est établi à 5,4% en septembre. Un nombre croissant de signes laissent présager que cette dynamique élevée des prix va se maintenir durant une période prolongée. De ce fait, la banque centrale américaine a laissé entendre qu’elle s’attellerait, à partir de novembre ou de décembre, à la réduction des achats d’obligations, qui s’élèvent actuellement à USD 120 milliards par mois. 

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance du PIB américain réel, sa tendance à long terme ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel à partir du milieu des années 1990. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à environ 4%. Du fait de la pandémie, elle sera cependant supérieure à notre indicateur au troisième trimestre.
    Source: Bloomberg
  • Contrairement aux États-Unis, la zone euro n’est pas encore parvenue à renouer avec son niveau antérieur à la crise. Seuls les pays membres scandinaves et baltes ont réussi à rattraper leur retard, l’écart se situant encore à 4% au deuxième trimestre pour l’Allemagne, la France et l’Italie. Les difficultés mondiales d’approvisionnement n’ont pas épargné l’industrie européenne et posent des difficultés pour le traitement des carnets de commandes bien remplis. Grâce à ces carnets de commande bien remplis, le baromètre d’opinion publié par la Commission européenne se maintient à un niveau élevé: la production semble ainsi assurée pour encore quelques mois. Pendant ce temps, les consommateurs européens se montrent un peu plus prudents. Au mois de juillet, les chiffres d’affaires du commerce de détail dans la zone euro ont légèrement reculé, tant en comparaison mensuelle qu’annuelle. L’Allemagne a enregistré la baisse la plus importante, avec des chiffres d’affaires en juillet inférieurs de –5,1% par rapport au mois précédent. Dans le même temps, l’inflation a progressé, s’établissant à 3,4% au mois de septembre. 

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique présente la croissance du PIB réel et sa tendance ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel pour la zone euro depuis 1995. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à près de 5%. Du fait de la pandémie, elle sera cependant légèrement inférieure à notre indicateur au troisième trimestre.
    Source: Bloomberg
  • En Chine, la conjoncture continue de ralentir et le pays se trouve au bord de la récession. Au troisième trimestre, la performance économique n’a progressé que de 0,2%. Cette faible croissance s’explique d’une part par le rebond des cas de coronavirus dans la province de Fujian, une situation qui a une nouvelle fois nécessité la prise de mesures de grande envergure. D’autre part, une pénurie d’électricité a contraint de nombreuses entreprises industrielles à interrompre leur production. Parallèlement, de nouvelles régulations ont entraîné un ralentissement dans le secteur important du bâtiment. La demande étrangère en produits chinois demeure toutefois très solide. En août, tant les importations que les exportations chinoises ont enregistré un nouveau record. Les pénuries d’énergie observées en Chine et à l’échelle mondiale profitent par ailleurs à des pays tels que la Russie et l’Arabie saoudite, qui tirent parti de la flambée des prix de l’énergie. 

    Croissance, conjoncture et tendance

    En pourcentage

    Ce graphique montre la croissance du PIB réel, sa tendance ainsi qu’un indicateur avancé du climat conjoncturel pour une moyenne de pays émergents depuis 1995. D’après l’indicateur avancé, la croissance économique devrait prochainement s’établir à près de 5%. Du fait de la pandémie, elle sera cependant nettement supérieure à notre indicateur au deuxième trimestre.
    Source: Bloomberg

Données conjoncturelles mondiales

IndicateursSuisse États-UnisZone euroGrande-BretagneJaponIndeBrésilChine 
Indicateurs
PIB A/A 2021T2
Suisse
7,7%
États-Unis
12,2%
Zone euro
14,3%
Grande-Bretagne
23,6%
Japon
7,6%
Inde
20,1%
Brésil
12,4%
Chine 
7,9%
Indicateurs
PIB A/A 2021T3
Suisse
pas disp.
États-Unis
pas disp.
Zone euro
pas disp.
Grande-Bretagne
pas disp.
Japon
pas disp.
Inde
pas disp.
Brésil
pas disp.
Chine 
4,9%
Indicateurs
Climat conjoncturel
Suisse
États-Unis
Zone euro
Grande-Bretagne
Japon
Inde
Brésil
Chine 
Indicateurs
Croissance tendancielle
Suisse
1,4%
États-Unis
1,6%
Zone euro
0,8%
Grande-Bretagne
1,6%
Japon
1,0%
Inde
5,0%
Brésil
1,1%
Chine 
4,2%
Indicateurs
Inflation
Suisse
0,9%
États-Unis
5,4%
Zone euro
3,4%
Grande-Bretagne
3,2%
Japon
-0,4%
Inde
4,4%
Brésil
10,2%
Chine 
0,7%
Indicateurs
Taux directeurs
Suisse
-0,75%
États-Unis
0,25%
Zone euro
0,00%
Grande-Bretagne
0,10%
Japon
-0,10%
Inde
4,00%
Brésil
6,25%
Chine 
4,35%
Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Merci pour l’évaluation
Évaluer l’article