Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Évaluation (%t)
Temps de lecture 6 minutes Temps de lecture 6 minutes
Créé le 10.12.2018

Pour quoi avez-vous dépensé de l’argent ces douze derniers mois?

«Mais où a disparu tout l’argent?»: voilà une question que se posent probablement de nombreuses personnes en fin d’année lorsqu’elle jettent un œil sur leur compte. Et souvent, ce n’est pas la première fois: cette interrogation revient généralement chaque année. Mais ce n’est pas une fatalité! En faisant un bilan sur votre budget, vous y trouverez la réponse. Cela vous aidera également à mieux calculer ou évaluer vos frais futurs.

Douze mois, c’est long, surtout quand on regarde tous les débits qui ont été effectués sur son compte sur cette période. On a rapidement en tête les dépenses les plus importantes, comme le loyer, l’alimentation et le ménage, les impôts et les primes d’assurances. Mais on ne les a justement qu’en tête... Car la plupart des ménages privés ne tiennent pas une comptabilité précise de leurs rentrées d’argent et de leurs dépenses. Et presque personne n’établit de comptes annuels ou de bilans comme le font les entreprises. Généralement, on se contente de déduire ses coûts mensuels du salaire du mois et de planifier ainsi ses finances plutôt à court terme. Pourtant, une vue à plus long terme peut permettre de mieux contrôler son propre budget.

Cinq questions pour un bilan annuel de vos finances

N’ayez crainte: ce qui suit n’est pas une longue leçon de comptabilité. Nous posons simplement cinq questions auxquelles vous pourrez répondre rapidement, mais qui vous aideront à vous faire une idée globale de la manière dont vous gérez votre argent. 

Combien d’argent avez-vous touché l’an dernier?

À côté de votre salaire, il est aussi recommandé d’établir une liste de toutes les autres rentrées d’argent qui vous viennent à l’esprit. Avez-vous par exemple reçu de l’argent à l’occasion de votre mariage? Avez-vous perçu un héritage? Ou encore réalisé de belles ventes sur une brocante ou sur le net, et ainsi complété votre revenu? Répertoriez toutes vos sources de revenu importantes ou, pour la clientèle de PostFinance, jetez simplement un coup d’œil dans e-finance. 

Combien avez-vous dépensé en 2018?

Un certain nombre de postes seraient à prendre en compte: loyer, loisirs, voiture, alimentation, etc. Additionner tout cela constituerait un gros travail de calcul. De ce fait, procédez plutôt à une évaluation grossière. Peut-être vous souvenez-vous de manière plus précise des coûts récurrents comme le loyer, les primes des caisses-maladie ou d’assurance et des achats importants que vous avez réalisés. Pour toutes les autres dépenses, vous pouvez effectuer des estimations d’après votre expérience, ou grâce aux informations de votre e-banking. Si vous avec un compte PostFinance, vous obtiendrez un aperçu du tout en quelques minutes: pour ce faire, jetez un coup d’œil dans e-finance.

Quels ont été vos plus gros postes budgétaires?

À présent, penchons-nous d’un peu plus près sur les grosses dépenses que nous venons d’évoquer. Il convient à cet effet d’analyser tout d’abord les frais fixes: à combien s’élèvent vos frais d’habitation, vos impôts et vos primes de caisse-maladie? Avez-vous réalisé des acquisitions importantes, comme une voiture, une moto ou un bien immobilier? Combien avez-vous dépensé exactement pour vos vacances (y compris sur place)? Avez-vous suivi une formation continue, effectué un rachat dans votre caisse de pensions? Y a-t-il d’autres dépenses qui pourraient avoir leur importance? Un contrat de leasing, peut-être, un crédit ou d’autres dettes?

Conseil

Les clients de PostFinance peuvent obtenir l’aperçu global d’un grand nombre de ces dépenses sous la forme d’un diagramme «camembert». Des catégories comme l’habitat ou les assurances sont déjà prédéfinies dans l’e-cockpit d’e-finance. Vous pouvez attribuer vous-même vos dépenses aux différentes catégories ou laisser le système le faire. Ainsi, vous gagnerez quelques minutes dans l’établissement de votre budget annuel.

Combien avez-vous épargné?

Quelle est, après toutes ces dépenses, la somme nette qui reste sur votre compte d’épargne, dans votre plan d’épargne en fonds, sans oublier votre bas de laine à la maison? Additionnez tout l’argent que vous avez pu mettre de côté ou placer. 

Quels postes budgétaires pouvez-vous réduire?

En analysant six domaines différents, vous pouvez déterminer très simplement ceux dans lesquels se trouve éventuellement encore un potentiel d’économie insoupçonné. 

Vérifier ses dépenses et découvrir un potentiel d’économie

  • Les coûts d’habitat (loyer, frais de chauffage et charges) ne devraient pas dépasser un quart de votre revenu net: est-ce bien le cas?
  • Comparer les assurances: bénéficiez-vous partout du tarif le plus avantageux pour vos caisses-maladie, votre assurance-ménage, etc.?
  • Acheter intelligemment: vous pouvez réduire aussi vos dépenses alimentaires sans devoir renoncer à la qualité ni à vous nourrir sainement.
  • Renseignez-vous sur les déductions fiscales: ainsi, vous vous assurerez de ne payer que ce que vous devez. Vous n’ignorez sans doute pas que les dons peuvent être déduits des impôts, ou que l’on peut renoncer à payer l’impôt ecclésiastique si on le souhaite. Mais saviez-vous que vous pouviez déduire un forfait vélo de CHF 700.– si vous vous rendez au travail en transports publics? Les versements sur le pilier 3a sont également aisément déductibles des impôts.
  • Enfants: si vous avez au moins un enfant, cela a naturellement aussi son importance. Quels sont les poste budgétaires spécifiques pour les parents? Nous en avons établi la liste dans cet article. En Suisse, les parents dépensent au moins CHF 300.– à CHF 400.– en moyenne par enfant et par mois.
  • Frais fixes: de manière générale, ils ne devraient pas dépasser 60% de votre revenu.

Si vos frais sont supérieurs pour au moins l’un de ces six domaines, il vous faut essayer de les réduire. En outre, vous disposez à présent d’un excellent modèle pour l’an prochain. Consultez ces règles pour votre budget ménage de l’an prochain.

Comment tirer des leçons de l’expérience

Après avoir passé à la loupe les charges financières, comptons à présent ce qui reste à la fin de l’année, ou ce qui devrait rester. Déterminez le pourcentage de votre revenu brut annuel que vous souhaiteriez épargner: 5%, 10% ou même 20%? Avez-vous atteint cet objectif à l’issue des douze derniers mois? Pouvez-vous le revoir encore à la hausse pour l’an prochain? 

Si ce n’est pas le cas, vous pouvez vous fixer cet objectif d’épargne pour l’année prochaine. En adaptant vos dépenses selon les six règles mentionnées, vous pourrez peut-être atteindre cet objectif d’épargne plus facilement qu’espéré.

Épargne: l’astuce en plus

L’an prochain, des ordres permanents peuvent en outre vous aider à atteindre votre objectif d’épargne. Pour tous vos frais fixes mensuels, établissez un ordre permanent qui déduit immédiatement la somme de votre salaire. Ainsi, vous aurez moins la tentation de dépenser l’argent avant de payer vos factures. De nombreux émetteurs de factures proposent en outre la solution e-facture, ce qui vous permet d’effectuer en quelques clics seulement vos paiements mensuels hélas obligatoires. 

En route pour l’an prochain!

Tirez les leçons du bilan que vous venez d’effectuer. Comment pourrait se présenter votre nouvelle année côté finances? Si vous ne pouvez ni atteindre votre objectif d’épargne, ni réduire vos dépenses, réfléchissez à la manière dont vous pouvez tirer meilleur parti de votre argent l’an prochain. Pour ce faire, nul besoin de changer d’emploi ou de rechercher une activité complémentaire: pensez aussi à consulter nos conseils sur le sujet du placement d’argent.

Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Évaluation (%t)

Ceci pourrait également vous intéresser