De l’euphorie à la nouvelle normalité

Le reste de l’année ne sera pas marqué par la même atmosphère de renouveau que celle qui a régné sur le premier semestre. À quel niveau les taux d’intérêt et l’inflation se situeront-ils dans la nouvelle normalité?

Au premier semestre, les marchés financiers ont enregistré de belles performances: forte hausse du cours des actions, fonds immobiliers suisses atteignant des sommets et taux d’intérêt qui n’affichent qu’une faible progression malgré la croissance globalement favorable. Il est temps de faire le point: où nous situons-nous et quelle direction prenons-nous?

Du premier semestre, on gardera en mémoire les espoirs concernant la crise du coronavirus. L’économie mondiale a beau avoir connu un début d’année chaotique du fait des mesures de lutte contre la pandémie, les progrès rapides de la vaccination et la levée des restrictions au cours du printemps ont permis de rattraper le temps perdu aux États-Unis et en Europe. Les politiques fiscale et monétaire ont continué d’être d’une aide considérable. Les transferts étatiques n’ont pas juste compensé le manque à gagner, mais l’ont excédé. Les banques centrales des principaux espaces monétaires ont dans l’intervalle poursuivi leurs achats de titres à grande échelle.

Pour l’heure toutefois, le contexte reste intéressant pour les investisseurs.

Retour à une reprise normale

La deuxième partie de l’année ne sera pas marquée par la même atmosphère de renouveau. Les bonnes nouvelles attendues sur le front du coronavirus ne viennent pas, étant donné le nombre de cas croissant malgré la poursuite des campagnes de vaccination. Dans l’hémisphère nord, on prendra conscience au plus tard cet automne, avec la baisse des températures, que le coronavirus, d’une manière ou d’une autre, nous occupera encore longtemps.

En ce qui concerne les perspectives conjoncturelles, les indicateurs avancés le montrent depuis un certain temps: la reprise ne maintiendra pas le rythme observé dernièrement. Du fait du retour de l’économie à la normale, le soutien fiscal va se réduire et pour gagner de l’argent, il faudra de nouveau travailler. En outre, la politique monétaire va connaître une phase durant laquelle, même dans les grands espaces monétaires, elle envisagera de réduire les achats de titre, voire d’y renoncer.

Gros plan sur les taux d’intérêt et l’inflation

L’euphorie va céder la place à une nouvelle normalité. Pour l’heure toutefois, le contexte reste intéressant pour les investisseurs. Cela tient jusqu’à présent aussi aux taux d’intérêt. Bien que ces derniers aient augmenté au printemps, la hausse est restée modérée et la tendance s’est même inversée, notamment le mois dernier. Ces derniers temps, les obligations d’État américaines à long terme étaient à peine supérieures à leur niveau de janvier. Les faibles taux d’intérêt permettent des évaluations élevées des valeurs patrimoniales, dont peuvent tirer profit les emprunts, les actions et l’immobilier.

Il convient de garder deux questions à l’esprit: tout d’abord, où les taux d’intérêt à long terme vont-ils se situer dans la nouvelle normalité? Par le passé, ils se sont stabilisés à un niveau inférieur après chaque crise. Cela sera-t-il aussi le cas après celle du coronavirus, et si oui, jusqu’à quel niveau baisseront-ils? Cette première interrogation est intrinsèquement liée à la seconde: les taux d’inflation actuellement très élevés aux États-Unis vont-ils réellement baisser de nouveau en fin d’année? Il y a encore lieu de croire qu’il s’agit ici d’effets temporaires. Les investisseurs ne doivent cependant pas exclure le risque que les taux élevés échappent à tout contrôle.

À propos de Daniel Mewes

Actuellement Chief Investment Officer et responsable Asset Management Solutions, Daniel Mewes travaille chez PostFinance depuis 18 ans. Originaire de Berne, il y a étudié l’économie d’entreprise à l’université et est également titulaire d’un diplôme d’expert en finance et investissements (EMBA) de la Haute école de gestion de Zurich et de la Darden School of Business de l’université de Virginie.

 

Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Merci pour l’évaluation
Évaluer l’article