Nous devons nous intéresser à la Chine

Les turbulences sur le marché immobilier chinois ont engendré des incertitudes sur les marchés financiers. Il est donc important pour les investisseurs de tenir compte de ces incertitudes, mais aussi de saisir les opportunités qui se présentent.

Au vu des perspectives économiques toujours bonnes malgré le variant Delta et du soutien sans précédent accordé par les banques centrales qui ne devrait pas s’arrêter du jour au lendemain, les perspectives à court terme restent clairement favorables aux investissements. Seule la Chine ternit actuellement le tableau. Le président Xi Jinping et son gouvernement chinois sont sur le point de transformer de multiples pans de la société et de l’économie au travers d’interventions massives. L’une de ces interventions concerne le marché immobilier: les déclarations faites durant de nombreuses années semblent désormais suivies d’actes visant à limiter le surendettement colossal de nombreuses sociétés immobilières. Le grand promoteur immobilier Evergrande s’est ainsi retrouvé au bord de la faillite, ce qui a pu susciter des incertitudes temporaires sur les marchés financiers mondiaux.

Avec 1,3 milliard de consommateurs au pouvoir d’achat qui ne cesse de croître, la Chine est aujourd’hui un acteur majeur pour de nombreux secteurs et entreprises.

Le rôle de la Chine s’accroît, y compris dans nos portefeuilles

Nous devrons de plus en plus nous habituer à ce que la situation en Chine cristallise l’attention des marchés financiers mondiaux. Grâce à sa croissance tendancielle supérieure à celle des pays industrialisés occidentaux, l’économie chinoise gagne du terrain chaque année. Nous devons nous intéresser à tout ce qui se passe en Chine, même à l’événement le plus insignifiant. Lorsque la conjoncture chinoise fléchit, les investisseurs du monde entier doivent s’y intéresser. Avec 1,3 milliard de consommateurs au pouvoir d’achat qui ne cesse de croître, la Chine est aujourd’hui un acteur majeur pour de nombreux secteurs et entreprises.

À court terme, il n’y a selon nous pas de raison de s’alarmer. Il est peu probable qu’une crise financière ait lieu en Chine et la conjoncture mondiale est suffisamment robuste pour garder le cap, même si l’économie chinoise pourrait se montrer vulnérable durant les prochains mois. Pour les investissements à long terme, il importe de ne pas avoir peur des éventuelles turbulences en Chine, mais aussi de saisir les nombreuses opportunités qui se présentent. C’est pourquoi nous avons décidé dans le cadre de notre révision régulière des pondérations stratégiques au sein des différentes catégories de placement d’investir davantage dans les actions de pays émergents pour les portefeuilles qui nous sont confiés. Les actions chinoises représentent plus du tiers de ces actions de pays émergents.

Les incertitudes sont inévitables

Toutefois, les récentes évolutions en Chine soulèvent des questions fondamentales. La Chine n’est manifestement pas une démocratie. De plus, les autorités chinoises soutiennent la philosophie de l’économie de marché non pas par principe, mais uniquement par pragmatisme. Et ce, tant qu’elle leur est utile. Les dirigeants chinois accordent beaucoup d’importance à l’accroissement à long terme de la richesse nationale. Ce faisant, ils ont fait preuve d’un très grand sens économique au cours des dernières décennies.

Les autorités chinoises n’ont toutefois aucun scrupule lorsqu’il s’agit d’imposer la politique du parti. Du point de vue de l’économie de marché, cette posture peut paraître judicieuse: par exemple, lorsque les monopoles du secteur technologique s’effondrent ou lorsqu’il s’agit de prendre des mesures pour rééquilibrer le marché immobilier. Dans ces deux domaines, la Chine montre l’exemple de ce que les pays industrialisés occidentaux pourraient encore avoir à affronter.

Bien évidemment, la politique du parti ne repose pas uniquement sur les principes de l’économie de marché, au contraire. Les tensions qui en découlent sont loin d’être mineures. Nous partons du principe que le gouvernement chinois reste suffisamment raisonnable pour ne pas détruire les fondements d’une croissance durable. Toutefois, il n’existe aucune garantie en la matière, de même que tous les investissements sur les marchés financiers suscitent des incertitudes. C’est la raison pour laquelle la diversification du portefeuille revêt une si grande importance. Nous avons délibérément augmenté la part des actions de la Chine mais aussi des pays émergents. Outre l’Inde ou l’Indonésie, il existe d’autres grandes économies à forte croissance.

À propos de Daniel Mewes

Actuellement Chief Investment Officer et responsable Asset Management Solutions, Daniel Mewes travaille chez PostFinance depuis 18 ans. Originaire de Berne, il y a étudié l’économie d’entreprise à l’université et est également titulaire d’un diplôme d’expert en finance et investissements (EMBA) de la Haute école de gestion de Zurich et de la Darden School of Business de l’université de Virginie.

 

Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Merci pour l’évaluation
Évaluer l’article