La violence du coronavirus

Le coronavirus nous a atteints de plein fouet. À l’heure actuelle, il est presque impossible d’estimer l’ampleur des conséquences pour l’économie mondiale. Nous continuons de recommander une orientation prudente des portefeuilles.

Les problèmes relatifs à l’irruption du coronavirus se sont intensifiés. Fin janvier, il était clair que l’irruption du covid-19 ne serait pas sans conséquences pour l’économie mondiale. Les limitations que le gouvernement chinois avait décidées pour l’endiguer étaient trop fortes pour cela. Vers fin février, il devenait de plus en plus clair que de nombreux autres pays devraient se préparer à un scénario similaire. Ce n’est qu’à partir de ce moment que les marchés financiers ont réagi aux risques associés.

uite à la forte augmentation du nombre de cas en Suisse, ces derniers jours, la vie publique tourne de plus en plus au ralenti ici aussi. Cela a encore augmenté la prise de conscience; que ce soit parce qu’on apprend qu’une de ses connaissances est touchée, ou parce qu’on prend davantage conscience des conséquences que les mesures adoptées peuvent avoir concrètement pour les petites et les grandes entreprises ainsi que pour les indépendants.

l est évident que tout doit être fait pour limiter l’impact humain de la maladie. Mais en raison des mesures prises, de nombreuses entreprises sont confrontées à des décisions difficiles. Absence de demande de l’étranger et de la Suisse, interruption des chaînes de distribution et de production, fermeture des points de vente ou interdiction de services: la combinaison de ces différents facteurs rend la situation difficilement supportable.

L’évolution relative au coronavirus causera des problèmes économiques majeurs.

Il y a une vie après la crise du coronavirus

Si les événements se précipitent, deux risques sont à craindre. On peut d’un côté sous-estimer la violence avec laquelle les problèmes affecteront l’économie mondiale. De l’autre, les scénarios extrêmes risquent de faire oublier qu’il y aura encore une vie après la crise du coronavirus.

On est aussi confronté à ce risque en tant qu’investisseur. Jusqu’à récemment encore, de nombreux acteurs du marché financier sous-estimaient l’ampleur de la situation. C’est sur le point de changer. Conséquence: des pertes de cours historiques. Alors sera-il possible de profiter prochainement des cours bas pour acheter des actions et prendre des risques?

L’heure n’est pas encore à l’entrée sur les marchés

Nous restons sceptiques. Même si dans le courant de l’année, on parvenait à maîtriser le coronavirus, le risque est grand que le choc déclenché cause des problèmes majeurs à l’économie. Un endettement des entreprises qui atteint des sommets au niveau mondial, un secteur de l’énergie subissant l’effondrement des prix du pétrole, de nombreuses petites et moyennes entreprises confrontées à des défis inédits, des problèmes de liquidités sur le marché du dollar qui entraînent des interventions massives de la part de la banque centrale américaine, des États fortement endettés qui doivent s’endetter encore davantage: le cocktail de risques nous semble trop chargé. C’est pourquoi nous maintenons la prudence pour les portefeuilles que nous gérons.

ais plus important encore: espérons que les mesures adoptées à travers le monde auront l’effet escompté et limiteront la souffrance humaine.

Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Merci pour l’évaluation
Évaluer l’article