Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Évaluation (%t)
Temps de lecture 3 minutes Temps de lecture 3 minutes
Créé le 03.07.2019

Optimiser son rendement grâce aux reverse convertibles avec barrière

Dans les contextes difficiles pour les investisseurs, notamment sur les marchés en stagnation ou en croissance très légère, les produits d’optimisation du rendement jouissent d’une grande considération. Étant donné la faiblesse persistante des taux d’intérêt, les investisseurs doivent en effet trouver le moyen de réaliser un rendement stable et attrayant sans encourir de risque déraisonnable.

Les reverse convertibles avec barrière («barrier reverse convertibles», BRC) semblent faire partie des solutions envisageables. Dans la catégorie des produits d’optimisation du rendement, elles comptent parmi les produits structurés les plus appréciés en Suisse. Vous en apprendrez davantage sur les produits structurés dans l’article «Produits structurés pour compléter votre portefeuille».

Les reverse convertibles avec barrière sont un instrument tout à fait adapté dans cette optique: elles disposent d’un ou de plusieurs sous-jacents (comme p. ex. une corbeille d’actions ou d’indices) ainsi que d’un coupon fixe. Cela signifie que la valeur du coupon est déterminée à la souscription du produit structuré et versée à intervalles réguliers, indépendamment de l’évolution du cours du sous-jacent. Comme l’indique le nom du produit, il est également question d’une barrière. L’avenir du capital investi dans une BRC varie selon que le cours du sous-jacent franchit ou non cette barrière au cours de la période de validité.

Différents scénarios avec ou sans événement de barrière

En principe, trois scénarios sont possibles:

Scénario 1

La barrière n’est pas touchée. L’investisseur récupère 100% du montant placé ainsi que le coupon.

Scénario 2

La barrière est touchée (événement de barrière). À échéance, le sous-jacent se négocie au-dessus du montant initial fixé. L’investisseur récupère 100% du montant placé ainsi que le coupon. 

Scénario 3

La barrière est touchée (événement de barrière). À échéance, le sous-jacent se négocie en dessous ou à hauteur du montant initial fixé. L’investisseur récupère le sous-jacent sous forme physique à un prix d’achat égal au prix d’exercice. Le calcul est effectué selon le rapport de conversion applicable pour chaque BRC. Les fractions de titres résultant de la division de la valeur nominale par le prix d’exercice de l’action sont versées en espèces. L’investisseur reçoit également son coupon.

Opportunités de rendement sur les marchés fluctuants

En plus de la faiblesse des taux d’intérêt, les investisseurs sont confrontés à la volatilité des marchés boursiers. Les produits structurés offrent certaines opportunités de rendement selon la disposition à prendre des risques et les attentes en matière de rendement de chaque investisseur. Dans le cas des reverse convertibles avec barrière (BRC), la structure du remboursement constitue un attrait supplémentaire: le montant du coupon est fixé au lancement du produit structuré, puis versé à intervalles réguliers, indépendamment de l’évolution du cours du sous-jacent. Ainsi, les BRC sont souvent plus avantageuses sur les marchés en stagnation ou en légère décroissance par rapport aux investissements directs dans des actions. Ceux-ci profitent aux investisseurs seulement lorsque les cours augmentent ou lorsque les dividendes sont distribués.

Pas entièrement sans risque

Cet aspect indéniablement attrayant des BRC va toutefois de pair avec certains risques. En cas de forte augmentation des cours, il convient de privilégier les investissements directs dans des actions par rapport aux reverse convertibles avec barrière (BRC), dont le produit est limité à la valeur fixe du coupon et à la période de validité. Si, à échéance, le cours du sous-jacent est supérieur au cours de départ, l’investisseur ne reçoit toujours que son investissement de départ et son coupon. Il ne profite donc ni d’un gain de cours, ni d’une éventuelle distribution des dividendes du sous-jacent.

La protection conditionnelle du capital n’existe toutefois plus dès lors que le cours du sous-jacent dépasse la barrière pendant la durée de validité.

Regarder au-delà du coupon

Par conséquent, les clients doivent s’attendre, à expiration, à posséder des titres dans leur dépôt. Ils ne peuvent pas partir du principe que la barrière restera infranchie. Avant de placer leur argent, les investisseurs doivent donc se demander s’ils sont prêts à encourir un éventuel risque sur actions. Il est trop réducteur de limiter sa réflexion à l’attrait du coupon; par ailleurs, le risque de l’émetteur (solvabilité de l’émetteur) doit également être pris en compte. Cela peut être fait, d’une part, par la sélection de produits issus de différents émetteurs. D’autre part, le risque peut être réduit en ciblant les produits d’un émetteur dont la solvabilité est avérée.

Contrairement aux fonds de placement, par exemple, les BRC et l’ensemble des produits structurés ne sont pas considérés comme des fonds spéciaux. En cas de faillite de l’émetteur, le capital investi dans une BRC n’est pas protégé. C’est pourquoi l’émetteur ne doit pas être choisi à la légère.

Possibilité de placement pour les connaisseurs

En principe, les BRC conviennent aux investisseurs qui s’y connaissent en matière de produits structurés et qui tablent sur une stagnation ou une légère (dé)croissance du cours du sous-jacent. Les investisseurs désireux de placer leur argent dans une BRC doivent aussi se demander si l’action sous-jacente a sa place dans leur portefeuille. Dès lors que ces conditions sont remplies, les BRC sont un moyen intéressant d’optimiser son rendement.

Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Évaluation (%t)

Ceci pourrait également vous intéresser