Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Temps de lecture 5 minutes Temps de lecture 5 minutes
Créé le 02.06.2021

Au revoir la rente AVS? Les effets de la COVID-19 sur la prévoyance personnelle

Le coronavirus et les mesures prises pour le combattre influencent notre vie dans divers domaines, et leurs répercussions se feront encore sentir pendant des dizaines d’années. En effet, les conséquences économiques des mesures liées au coronavirus se reflèteront également dans la prévoyance vieillesse. Nous vous l’expliquons plus en détail dans le présent article.

La pandémie de coronavirus et les mesures prises pour l’endiguer ont marqué les années 2020 et 2021. Si les restrictions dans la sphère privée et les répercussions sur la vie professionnelle inquiètent beaucoup de Suisses, il en va de même en ce qui concerne les séquelles laissées à l’économie. Le système de prévoyance suisse déjà mis à rude épreuve et les assurances sociales seront certainement touchés à long terme par les conséquences économiques de la crise sanitaire.

Pour savoir dans quelle mesure la pandémie impactera notre économie et notre prévoyance, il faudra encore attendre quelques mois. Nous avons toutefois réuni pour vous les principales données déjà disponibles concernant les effets de la COVID-19 sur la prévoyance vieillesse. 

Comment se portent les avoirs de ma caisse de pensions?

Les cotisations à la caisse de pensions de la population active ne seront pas directement influencées par la crise du coronavirus. Même les cotisations de prévoyance professionnelle des personnes qui ont recouru ou qui recourent à une réduction de l’horaire de travail seront assurées à 100%. Cela dit, la situation individuelle des caisses de pensions jouera un rôle décisif – en fin de compte, ces dernières investissent l’argent de leurs assurés et sont donc dépendantes des marchés financiers. Depuis le début de l’année 2021, les caisses de pensions semblent toutefois se relever après une chute des marchés financiers en 2020. 

L’évolution de ces marchés sera aussi un facteur clé pour déterminer si les caisses de pensions devront prendre des mesures d'assainissement. Les caisses de pensions pourraient par exemple percevoir des contributions d’assainissement de la part d’employés et d’employeurs actifs, demander des dépôts aux employeurs ou réduire, voire supprimer, la rémunération des avoirs de vieillesse obligatoires ou surobligatoires. 

Que se passe-t-il si j’ai perdu mon emploi à cause du coronavirus?

Les personnes qui ont perdu leur emploi durant la pandémie de COVID-19 et qui n’exercent pas d’activité lucrative ont l’obligation de cotiser à l’AVS et à l’AI jusqu’à leur départ à la retraite ordinaire. Les cotisations au premier pilier sont directement déduites de l’indemnité de chômage.

En ce qui concerne le deuxième pilier (prévoyance professionnelle), les personnes au chômage doivent quitter la caisse de pensions de leur ancien employeur. La somme épargnée à la caisse de pensions est garantie sous forme de prévoyance vieillesse. Elle doit être transférée dans une police de libre passage ou sur un compte de libre passage. Les personnes sans activité lucrative sont obligatoirement assurées via la Fondation Institution supplétive LPP dès qu’elles touchent le versement d’indemnité journalière de la caisse de chômage. Cette couverture de risque obligatoire ne concerne cependant que les risques de décès et d’invalidité. La prévoyance vieillesse n’est pas inclue. Par conséquent, les personnes sans emploi courent le risque d’avoir des lacunes de prévoyance. Si elles en ont les moyens, elles peuvent toutefois verser des cotisations à titre facultatif via la Fondation Institution supplétive LPP. 

Sur le La cible du lien s'ouvre dans une nouvelle fenêtre site de l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS), vous trouverez de plus amples informations sur les mesures prises par le Conseil fédéral pour atténuer les conséquences économiques de la lutte contre le coronavirus pour les entreprises, les employés et les indépendants, notamment en ce qui concerne les premier et deuxième piliers.

Les rentes seront-elles réduites?

En Suisse, les rentes sont ancrées dans la prévoyance publique et la prévoyance professionnelle (premier et deuxième piliers) et protégées par la loi. Ainsi, il ne faut pour le moment pas s’attendre à des réductions des rentes à la suite de la pandémie de coronavirus. Les premier et deuxième piliers sont toutefois sous pression depuis longtemps en raison de l’évolution démographique, ce qui nécessite une réforme des caisses de prévoyance, et ce, indépendamment du coronavirus. 

Quelles seront les conséquences de l’augmentation du chômage sur l’AVS?

Le chômage ayant augmenté depuis le début de la crise sanitaire, la pression exercée sur les assurances sociales suisses restera élevée. Et qui dit hausse du taux de chômage dit rehaussement des cotisations. Un taux de chômage en augmentation a pour conséquence des recettes fiscales plus faibles: les personnes qui ne sont pas actives, qui disposent d’un revenu moins important ou qui ont épuisé leur fortune paient moins d’impôts et consomment également moins, ce qui peut entraîner une diminution des recettes de TVA.

Dans le même temps, il a été démontré que la pandémie a aussi des répercussions sur la santé psychique de beaucoup de Suisses. Ce phénomène touche autant les personnes qui ont perdu leur emploi ou qui ont dû mettre la clé sous la porte que celles qui n’ont pas subi les dommages économiques engendrés par les mesures étatiques. En effet, l’inquiétude quant à l’avenir professionnel, la longue période d’isolement, la perte d’un membre de la famille ou d’un ami, ou encore le manque de perspectives pour les jeunes – pour ne citer que quelques facteurs – peuvent avoir une influence négative sur la santé psychique de la population. À l’heure actuelle, il est encore difficile d’estimer dans quelle mesure ces conséquences psychiques se refléteront dans le premier pilier, plus particulièrement dans l’AI. Le système de santé suisse, notamment les caisses-maladie, sera mis à rude épreuve pendant longtemps, non seulement à cause des cas de COVID, mais aussi en raison des effets à long terme de la maladie et des conséquences psychiques liées aux mesures visant à endiguer la pandémie. 

Quels effets la pandémie de coronavirus aura-t-elle sur mon troisième pilier?

Vous pouvez alimenter votre troisième pilier malgré la pandémie de COVID-19. Cependant, la situation sur les marchés financiers influence aussi les intérêts et les rendements. Les versements dans votre pilier 3a vous permettent de réaliser des économies fiscales, y compris en 2021 – que vous versiez le montant maximal ou uniquement une partie en fonction de votre budget actuel.

Indépendamment des conséquences de la pandémie sur les premier et deuxième piliers, il est pertinent d’analyser votre situation de prévoyance personnelle et de combler les éventuelles lacunes en recourant à des solutions de troisième pilier. À vous de décider, compte tenu de votre situation, si vous préférez opter pour une prévoyance libre (pilier 3b) ou une prévoyance liée (pilier 3a). Notre article consacré aux différences entre le pilier 3a et le pilier 3b pourra vous éclairer à ce sujet.

Profitez-en pour vous pencher sur votre situation de prévoyance personnelle et faire en sorte d’être assuré et bien préparé pour l’avenir. En effet, la prévoyance n’est pas qu’une question de vieillesse: elle permet également de s’assurer contre les conséquences financières des risques d’invalidité et de décès en cas de maladie ou d’accident. Informez-vous sur les prestations auxquelles vous avez droit en cas d’invalidité (partielle) et sur les assurances de vos proches en cas de décès. Le cas échéant, prenez des mesures pour combler vos lacunes de prévoyance. Pour ce faire, vous pouvez procéder à un rachat dans une caisse de pensions ou encore conclure une assurance-vie. Nos experts vous donnent des astuces en matière de prévoyance dans la vidéo «Préparer sa retraite». 

De nombreuses questions restent en suspens: la prévoyance privée devient donc de plus en plus importante

Pour l’heure, il est encore difficile d’estimer l’impact des mesures économiques liées au coronavirus sur la prévoyance vieillesse. Dans tous les cas, vous pouvez optimiser votre situation de prévoyance personnelle et combler vos éventuelles lacunes de prévoyance pour mieux vous assurer, dans la mesure vous pouvez vous le permettre d’un point de vue financier. Les mois et les années à venir nous diront quels seront les effets à long terme de la pandémie et des mesures prises pour l’endiguer sur la prévoyance et le système de santé suisse.

Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Merci pour l’évaluation
Évaluer l’article

Ceci pourrait également vous intéresser