Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Évaluation (%t)
Temps de lecture 4 minutes Temps de lecture 4 minutes
Créé le 22.05.2019

Plus qu’épargner: placer de l’argent en période d’incertitude

Comment la situation économique va-t-elle évoluer au cours des prochaines années? À quels développements et événements politiques et économiques faut-il s’attendre? Il n’est pas simple pour un investisseur de prendre les bonnes décisions en termes de placements quand la période est marquée par les incertitudes ou qu’il prévoit des corrections boursières. Les professionnels font face du reste aux mêmes problèmes que les investisseurs inexpérimentés. Et pourtant, il est possible de placer son argent sans prendre de risques inconsidérés, même en période présumée difficile.

Crise financière, crises monétaires, bulles de crédit, corrections boursières – les évolutions et événements négatifs survenus sur les marchés financiers ont marqué la mémoire des investisseurs ces dernières années. Il n’est donc pas étonnant que de nombreux investisseurs se sentent déstabilisés et souhaitent minimiser le plus possible les risques liés à leurs placements. Placer de l’argent n’en demeure pas moins possible, même pour les investisseurs qui misent sur la sécurité, et cela peut s’avérer payant. D’autant plus que l’argent placé sur un compte d’épargne ne rapporte quasiment plus d’intérêts. Même en période de turbulences, les investisseurs qui auront opté pour la bonne stratégie de placement pourront dormir sur leurs deux oreilles. Les placements suivants sont considérés comme relativement résistants aux crises:

  • Les obligations d’entreprises suisses présentant une bonne solvabilité
  • Les dépôts à terme libellés en francs suisses
  • Les obligations fédérales
  • Et certaines valeurs réelles.

La sécurité a un prix

Plus le risque encouru par un investisseur est faible, plus le rendement d’un placement est faible – ce qui a actuellement pour effet que les obligations fédérales produisent même des rendements négatifs. Cela est dû notamment à la politique de taux bas appliquée par les banques centrales depuis la crise financière de 2008. Pour en savoir plus sur la crise financière de 2008 et ses répercussions sur les marchés financiers, lisez l’article «Crise financière de 2008 – rétrospective et enseignements qui en découlent»

Les obligations, une alternative

Il est donc impossible de trouver un placement ultra-sûr avec des rendements et des liquidités élevés. En matière de placement financier, les trois objectifs de la sécurité, du rendement et des liquidités sont en concurrence. L’article «La cible du lien s'ouvre dans une nouvelle fenêtre Le triangle magique du placement financier» illustre ce conflit dans une vidéo.

Il existe tout de même des placements qui produisent des rendements plutôt attrayants tout en étant relativement sûrs. Ce sont les obligations, en particulier les obligations en francs suisses qui présentent une bonne solvabilité. Mais les obligations sont également soumises à certains risques. Si, par exemple, les intérêts augmentent sur le marché, une obligation en cours perd de la valeur, car les nouvelles émissions obligataires offrent un coupon plus élevé et sont donc plus attrayantes. Dans un environnement de taux bas, une obligation d’une valeur nominale de CHF 100.– et à un taux d’intérêt de 5% aura donc plus de valeur qu’une obligation d’une valeur nominale identique mais à un taux d’intérêt de 2%. Ces cas de figure sont susceptibles de survenir, car bien que les obligations soient rémunérées à un taux d’intérêt fixe sur plusieurs années, les taux du marché peuvent évoluer en permanence. Concernant les obligations étrangères, il est important de ne pas négliger le risque de change. Les taux de change dépendent fortement des décisions monétaires prises en Suisse et à l’étranger ainsi que de la conjoncture économique. Même les experts ont du mal à savoir comment ces taux de change évolueront. Les investisseurs axés sur la sécurité feraient donc bien de couvrir systématiquement leurs risques de change contre les pertes de change («hedging») ou éviter globalement les titres dans des monnaies étrangères. De nombreux emprunts convertibles («convertible bonds») font partie des titres réputés conservateurs. Ils présentent toutefois quelques particularités auxquelles les investisseurs devraient être sensibilisés. Pour en savoir plus, lisez l’article «Emprunts convertibles».

Les placements à long terme, la clé du succès avec des actions

Même si les obligations et les dépôts à terme sont des placements généralement moins risqués, il ne faut pas pour autant diaboliser les actions en période difficile. Les investisseurs qui possèdent des actions sont certes plus sensibles aux corrections et aux crises, mais si l’on regarde en arrière sur une longue période, on constate que, pendant toutes ces années, la tendance est positive sur le marché des actions. S’ils le peuvent, les investisseurs qui effectuent des placements financiers à long terme devraient donc également s’intéresser aux actions. Le principe est le suivant: plus l’horizon de placement est long, plus la part des actions dans un portefeuille peut être importante, car, à long terme, les fluctuations de nombreuses actions s’additionnent pour former un cours à la hausse. Les investisseurs qui sont en mesure de prendre un risque un peu plus élevé et d’effectuer des placements à long terme peuvent donc compléter leur portefeuille par des actions soigneusement choisies et augmenter ainsi leurs chances de réaliser des rendements plus importants. Les investisseurs qui ont de nouveau besoin de leurs fonds à brève échéance et souhaitent mettre en place une stratégie misant sur la sécurité devraient opter majoritairement pour des obligations. 

Une large diversification pour une plus grande sécurité

Que vous optiez pour des obligations ou pour des actions, le portefeuille qui contient la plus grande diversification possible en termes de catégories de placement, de pays et de branches vous offrira une grande garantie. En vous fondant sur votre profil d’investisseur pour diversifier vos placements, vous réduirez le risque de perdre de l’argent en cas d’évolution négative. Pour comprendre comment cela fonctionne, lisez l’article «Diversification: ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier». Seulement, il n’est pas facile de composer un portefeuille diversifié. Il existe aujourd’hui différents types de fonds pour cela. Selon sa composition, un fonds peut regrouper différentes actions, obligations ou valeurs immobilières provenant de différentes branches ou de différents pays. Il existe même des fonds adaptés aux différents profils d’investisseur.

Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Évaluation (%t)

Ceci pourrait également vous intéresser