Press Release

PostFinance accélère la transformation numérique

Lors de la prochaine période stratégique «SpeedUp», PostFinance va se concentrer sur quatre priorités thématiques, correspondant aux champs d’action de Business Units bien distinctes: Payment Solutions, Retail Banking, Digital First Banking et Platform Business. Outre ses investissements dans de nouveaux secteurs d’activité, elle entend continuer d’améliorer l’efficacité des structures et des processus existants en vue de stabiliser le résultat financier. À ce titre, il est prévu de supprimer environ 130 postes à plein temps et de modifier quelque 260 contrats de travail d’ici la fin 2021. Près de 80 postes seront créés en parallèle.

Du fait des taux d’intérêt négatifs et de l’interdiction d’octroyer des crédits, le résultat d’entreprise de PostFinance est en forte régression depuis plusieurs années. Avec sa nouvelle stratégie, l’établissement financier entend enrayer cette tendance négative et stabiliser l’évolution du résultat d’entreprise. Toutefois, la situation actuelle en matière de taux d’intérêt ainsi que les conditions légales et réglementaires en vigueur ne lui permettront pas de renouer avec les résultats des années passées, malgré ses efforts de recentrage stratégique, ses gains d’efficience et ses investissements.

«Malgré des bénéfices en baisse, nous avons mené à bien de nombreux projets lors de la période stratégique en cours et nous sommes parfaitement armés pour accélérer la transformation numérique», déclare le CEO, Hansruedi Köng. Ainsi, le système de noyau bancaire de PostFinance est l’un des plus performants sur la place financière suisse, ce qui lui permettra d’amener ses innovations à maturité commerciale encore plus rapidement à l’avenir. Au niveau des produits aussi, PostFinance a substantiellement développé et modernisé son offre, notamment avec la plateforme en libre-service de la PostFinance App, le nouveau login e-finance ou encore les solutions de placement numériques.

Quatre Business Units indépendantes pour être au plus près de la clientèle

L’activité de base de PostFinance sera désormais scindée en quatre Business Units, dotées d’un maximum d’autonomie pour développer leurs activités indépendamment les unes des autres et à leur propre rythme, afin de pouvoir se concentrer encore plus rigoureusement sur les besoins spécifiques de leur clientèle. En effet, les attentes des clients varient selon la nature des prestations bancaires, tant en ce qui concerne les types de conseil que le degré de numérisation des produits et services ou la vitesse de développement de ces derniers.

Payment Solutions

Dans le trafic des paiements, PostFinance devient le partenaire de confiance des commerçants et des émetteurs de factures basés en Suisse pour les solutions de paiement et d’encaissement.

Retail Banking

Avec Retail Banking, PostFinance propose à sa clientèle privée et commerciale des solutions éprouvées, tant physiques que numériques, et des conseils avisés pour une gestion aisée de l’argent.

Digital First Banking

Dans le cadre de Digital First Banking, PostFinance va lancer l’année prochaine une offre totalement inédite et axée d’emblée sur le tout-numérique pour le «Banking & Beyond».

Platform Business

Avec Platform Business, PostFinance développe Valuu et crée la plateforme suisse indépendante de comparaison et de souscription de solutions de financement, d’assurance et de prévoyance.

Procédure de consultation 2020

Dans l’environnement de marché actuel, marqué par des taux d’intérêt négatifs, et en raison de l’interdiction qui lui est faite d’octroyer des crédits, PostFinance ne pourra que partiellement améliorer ses résultats à court terme. Par ailleurs, les investissements dans de nouveaux secteurs d’activité ne pourront porter leurs fruits qu’à moyen terme. Pour pouvoir stabiliser son résultat et ne pas se retrouver en situation de perte, PostFinance doit donc gagner en efficience sur le front des coûts. C’est pourquoi elle prévoit de supprimer au total environ 130 postes à plein temps d’ici la fin 2021. Pour des raisons organisationnelles, il lui faudra également procéder à la modification de quelque 260 contrats de travail.

Comme l’impose le projet de suppression d’emplois, une procédure de consultation va être engagée. Elle permettra aux membres du personnel de soumettre des propositions sur la manière d’éviter d’éventuels licenciements, d’en limiter le nombre ou d’en atténuer les conséquences. Le comité directeur de PostFinance étudiera les propositions au fur et à mesure de leur réception et, fin novembre, il prendra une décision finale quant à la mise en œuvre effective des mesures envisagées et à leur étendue.

PostFinance assume sa responsabilité sociale

PostFinance a conscience que les changements à venir peuvent susciter des incertitudes, voire des craintes au niveau du personnel et que, comme toute entreprise, elle assume une responsabilité sociale. Elle prend cette responsabilité au sérieux. Dans la mesure du possible, les éventuelles suppressions d’emploi se feront par la fluctuation naturelle, par l’expiration des rapports de travail de durée déterminée et par des départs à la retraite (anticipée). Dans les cas où des résiliations de contrat devraient avoir lieu, un plan social généreux, élaboré avec les partenaires sociaux, viendrait à s’appliquer.

Tous les membres du personnel n’étant pas touchés à l’identique par les changements prévus, diverses offres d’accompagnement ont été définies en vue de leur apporter un soutien individuel et personnel au cours de la période à venir. Lors de nombreux événements virtuels organisés fin octobre 2020, les membres du comité directeur communiqueront à l’ensemble des collaborateurs des informations détaillées sur les conséquences des suppressions d’emplois prévues. En outre, les membres du personnel directement concernés seront étroitement accompagnés par les Ressources humaines, qui s’attacheront à leur ouvrir des perspectives et à trouver des solutions socialement responsables.

Dans les années qui viennent, PostFinance prévoit d’investir substantiellement dans la création d’une nouvelle banque numérique et le développement des activités de plateforme. Elle aura alors besoin de personnel supplémentaire dans divers domaines de compétences. C’est pourquoi quelque 80 nouveaux postes seront créés dans un secteur d’activité numérique passionnant.