Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Évaluation (%t)
Temps de lecture 3 minutes Temps de lecture 3 minutes
Créé le 29.05.2019

Conjuguer famille et travail

Le 14 juin 2019, des milliers de femmes feront grève en Suisse pour défendre la parité des salaires, la tolérance zéro en cas de harcèlement sexuel et des conditions de travail leur permettant de concilier famille et emploi. Un événement dérangeant pour une entreprise telle que PostFinance? Absolument pas selon Gabriela Länger, responsable Monde du travail et membre du comité directeur.

Gabriela Länger, PostFinance prévoit, pour la journée de grève des femmes, de se mettre en scène avec un court métrage amusant sur la carrière et le fait de jongler entre famille et travail. C’est courageux.

Gabriela Länger: Celles qui sont courageuses à mes yeux, ce sont les femmes à l’origine de cette journée d’action. Chez PostFinance, nous estimons qu’il est de notre devoir de proposer à nos quelque 3‘250 collaboratrices et collaborateurs des conditions de travail équitables et attractives. La parité des salaires entre hommes et femmes en fait bien sûr partie, tout comme les nombreuses possibilités pour conjuguer famille et travail. Notre tolérance zéro vis-à-vis du harcèlement sexuel est pour moi une évidence.

  • Nous avons fait évaluer les salaires de 2016 par un organisme indépendant. Les résultats montrent que notre niveau de parité des salaires est bon, mais que nous devons encore nous améliorer. La différence salariale qui ne se justifie pas du fait de la fonction, de la spécialisation ou de l’ancienneté est de 3,6%. Elle est minime en comparaison suisse et reste dans la limite de 5% définie par les appels d’offres de la Confédération. Notre objectif est bien sûr de réduire encore davantage cet écart.
  • PostFinance a un système de rémunération clair. Les supérieurs et spécialistes en ressources humaines sont régulièrement sensibilisés sur la question de la parité des salaires. Et c’est un sujet toujours évoqué lors de la négociation salariale annuelle. Cette année aussi, nous allons faire évaluer à nouveau la parité des salaires − nous poursuivons donc nos efforts.
  • Les femmes qui postulent à un emploi y prêtent attention. Et ces labels nous aident à maintenir des exigences élevées quant à la conciliation de la famille et du travail.

    Nos offres dans ce domaine s’adressent non seulement aux mères, mais aussi aux pères. Nous sommes convaincus qu’un grand pas serait fait pour l’égalité si davantage de pères travaillaient à temps partiel. Nous observons et soutenons déjà les balbutiements de cette tendance chez PostFinance.
  • Chez PostFinance, les collaboratrices et collaborateurs peuvent travailler à temps partiel sans devoir renoncer aux dossiers intéressants. Après un congé maternité de 18 semaines avec 100% de maintien du paiement du salaire, les mères retrouvent bien sûr leur emploi, avec le taux d’occupation de leur choix si leur position le permet. Nous proposons deux semaines de congé paternité. Le télétravail est chez nous une réalité. Une mère ou un père peut ainsi travailler à domicile, par exemple pour partager le repas de midi avec ses enfants à la maison. Ceux qui veulent passer plus de temps en famille sur une durée définie peuvent même acheter des vacances, un avantage particulièrement apprécié des parents occupant des fonctions de gestion.
  • C’est le cas chez les responsables d’équipe soumis à la convention collective de travail: 51% sont des femmes. Au comité directeur, trois membres sur neuf sont des femmes. C’est très positif. Chez les cadres supérieurs, nous ne sommes pas encore satisfaits de la part de 17% de femmes. Chez les cadres spécialisés et cadres avec fonction dirigeante, la proportion est à peine meilleure avec 19% de femmes. Il est clair que nous devons agir sur ce point. D’ici à la fin 2019, nous travaillerons conjointement avec les spécialistes du label UND pour élaborer des objectifs et des mesures visant à augmenter la proportion de femmes dans les postes de gestion.
  • Du point de vue de l’égalité, un quota de femmes est un instrument ambivalent. Il contribue certes à ce que davantage de femmes occupent des postes de gestion, mais la plupart des femmes que je connais ne veulent pas se sentir comme des «femmes-quota» et devoir combattre des doutes sur leurs qualifications. Je suis convaincue que chez PostFinance, nous pouvons améliorer les choses sans avoir recours aux quotas. Par rapport aux autres entreprises de la branche banques et assurances, nous affichons du reste de bons résultats avec nos 28% de femmes à des postes de gestion.
  • Il est judicieux pour une entreprise d’avoir davantage de femmes à des postes de gestion car il est prouvé que des équipes à la composition équilibrée fournissent de meilleurs résultats. Il en va de même pour les organes de gestion. Nous voulons augmenter la proportion de femmes à des postes de gestion en proposant de bonnes conditions de travail et un recrutement adéquat. On sait que les femmes perçoivent en moyenne leurs compétences d’un œil plus critique que la plupart des hommes. C’est la raison pour laquelle elles postulent moins souvent à des postes de gestion, même si elles disposent d’un bon profil. Il est donc pertinent d’encourager les femmes de manière ciblée.
  • PostFinance adopte une politique de tolérance zéro en matière de harcèlement sexuel. Cela signifie que chaque cas signalé fait l’objet d’un examen conséquent. Le sujet est ancré dans le code de conduite, que tous les collaborateurs et collaboratrices doivent connaître. Tous les deux ans, le sondage du personnel demande si une collaboratrice ou un collaborateur est concerné par le harcèlement sexuel. Au cours des dix dernières années, la valeur correspondante était de 0,3%. C’est peu en comparaison avec le groupe Poste, mais chaque cas est un cas de trop.
  • La Poste a élaboré un guide détaillé à l’intention des collaborateurs du service du personnel et des cadres. Nous disposons d’interlocuteurs pour les personnes concernées chez PostFinance et au Conseil social de la Poste. D’après le sondage du personnel, neuf collaborateurs sur dix connaissent ces interlocuteurs. Ils savent donc à qui ils peuvent s’adresser.
  • Il est pour moi évident que les sujets sont étroitement liés: plus la parité des salaires sera respectée et plus les femmes occuperont des postes de gestion, moins elles seront victimes de harcèlement. Elles seront en effet traitées avec respect. C’est pourquoi PostFinance soutient les revendications de la grève des femmes.
  • Les collaborateurs non plus! Près de trois quarts de nos collaborateurs sont soumis à la convention collective de travail que nous avons négociée avec les partenaires sociaux. La convention collective de travail interdit les grèves pendant toute sa durée de validité. Bien entendu, toutes les collaboratrices et tous les collaborateurs peuvent participer à la grève pendant leur temps libre. Les cadres spécialisés, cadres avec fonction dirigeante et cadres supérieurs sont quant à eux responsables de la gestion de leur temps. Dans leur cas aussi, la participation aux actions de la grève des femmes n’est pas considérée comme du temps de travail. Nous saluons la participation des collaboratrices et collaborateurs qui arborent un badge avec le symbole de la grève des femmes et permettons aussi une telle action dans le contact avec la clientèle le 14 juin 2019.
Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Évaluation (%t)

Dies könnte Sie ebenfalls interessieren