Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Évaluation (%t)
Créé le 15.11.2018

Les effets de l’inflation sur vos placements

La plupart des gens ont déjà entendu parler de l’inflation. Elle est souvent mentionnée dans les médias, dans le contexte soit de l’hyperinflation dans les pays en développement, soit des perspectives d’inflation en Suisse. L’inflation est aussi un sujet passionnant pour les investisseurs: elle peut certes mettre les marchés boursiers à rude épreuve, mais il est possible de contrecarrer le renchérissement en plaçant son argent intelligemment.

Inflation et renchérissement – de quoi s’agit-il exactement? La plupart des investisseurs suisses ne se posent même pas la question. Cependant, l’inflation a également une influence sur la rentabilité des placements financiers. Ou, à l’inverse, elle détermine pourquoi les placements valent mieux que l’épargne. On parle d’inflation lorsque le niveau général des prix augmente. En d’autres termes, les produits prennent de la valeur et le même salaire ne correspond plus au même pouvoir d’achat (renchérissement). Les secteurs des denrées alimentaires et de l’énergie en sont des exemples particulièrement frappants. L’inflation peut être due à une hausse des prix des matières premières ou de la main d’œuvre. Par exemple, si le pétrole devient plus cher, les produits pétroliers prendront également de la valeur, ce qui entraînera une baisse du pouvoir d’achat.

Toutefois, la cause principale de l’inflation est généralement la politique monétaire du pays: lorsqu’une banque centrale mène une politique monétaire accommodante, mettant ainsi davantage de capital à la disposition des banques (par exemple sous forme de crédits), la quantité d’argent en circulation augmente. S’ensuit généralement une hausse de la demande des consommateurs pour certains produits, dont les prix vont alors monter.

L’inflation est mesurée à l’aide d’un panier de biens et services de nécessité quotidienne. Ce calcul peut donc être effectué pour tous les pays avec des résultats comparables. Avec une moyenne de 0,5% à 1%, la Suisse affiche un taux d’inflation modéré. Une inflation galopante, caractérisée par une forte augmentation de la masse monétaire et une hausse du taux d’inflation de 50% par mois, est plutôt rare. Elle indique que le pays en question traverse une crise. De tels exemples d’hyperinflation, dans lesquels des quantités vertigineuses de billets sont imprimées, sont principalement observés dans les pays en développement.

Le taux directeur: instrument essentiel pour réguler l’inflation

L’inflation est étroitement liée à ce qu’on appelle le «taux directeur». En Suisse, il est fixé par la Banque nationale suisse (BNS) afin de maîtriser l’inflation. Le taux directeur est le taux d’intérêt auquel les banques peuvent emprunter de l’argent à la BNS. Ces dernières le transmettent ensuite à des entreprises sous forme d’intérêts passifs. Lorsque les taux directeurs sont bas, les crédits sont plus avantageux pour les entreprises et les consommateurs. Les investissements deviennent donc plus lucratifs et font croître l’économie. Et, grâce à la faiblesse des taux d’intérêts sur les crédits, les consommateurs dépensent plus d’argent. C’est ainsi que s’établissent la croissance économique et l’inflation. Les épargnants, à l’inverse, sont mécontents car le rendement de leur épargne est faible.

Lorsque les taux directeurs sont élevés, les épargnants se réjouissent: ils reçoivent davantage d’intérêts sur leur compte d’épargne. Par contre, les preneurs de crédits et les consommateurs contractent moins de crédits et dépensent moins d’argent. L’économie ralentit car l’ensemble de la population est légèrement moins encline à la dépense.

La prochaine fois que vous entendrez ou lirez que la BNS ou la Réserve fédérale américaine a baissé ou relevé ses taux directeurs, vous saurez désormais qu’une quantité plus ou moins élevée de liquidités est injectée dans l’économie. Bien entendu, les banques centrales n’ajustent pas leurs taux directeurs uniquement en raison de l’inflation.

L’importance de l’inflation pour vos placements

Chaque adaptation des taux directeurs et modification des taux d’inflation a des répercussions sur le marché financier. Le secteur boursier, par exemple, profite d’une inflation modérée  jusqu’à 4%. Ce genre de chiffres est signe d’une économie florissante et d’une population encline à la consommation. Cependant, une trop forte augmentation de l’inflation est source d’incertitude: cela peut signifier que des pays importants mènent une politique monétaire excessivement souple, un indicateur potentiel de crise économique ou de problème structurel.

Contrairement aux actions, les obligations dépendent fortement des fluctuations des taux directeurs: si vous avez acheté une obligation offrant de faibles taux d’intérêt, elle perdra de la valeur dès que de nouvelles obligations aux taux plus élevés arriveront sur le marché. Il est donc déterminant de choisir le bon moment pour investir dans des obligations. En période d’inflation modérée, de nombreux investisseurs préfèrent placer leur argent dans des actions plutôt que dans des obligations. 

L’or en tant que protection contre l’inflation

Quand l’inflation est forte, beaucoup d’investisseurs tablent sur l’or. Cela s’explique principalement par un facteur psychologique: dans les périodes agitées, comme pendant les crises économiques ou les corrections boursières, les valeurs réelles (les métaux par exemple) donnent aux investisseurs un sentiment de sécurité plus fort que les actions, les obligations ou les fonds. En vérité, l’or ne garantit de protection qu’à partir d’un taux d’inflation de 5%, ou en cas d’hyperinflation. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet dans l’article «Comment puis-je investir dans des matières premières?».

Les investisseurs profitent davantage que les épargnants en période d’inflation basse

Lorsque les taux d’intérêt des comptes d’épargne sont plutôt bas, les investisseurs sont donc avantagés par rapport aux épargnants: ces derniers parviennent tout juste à compenser les effets de l’inflation sur leur capital avec les produits de leurs intérêts. En plaçant leur argent intelligemment, les investisseurs parviennent néanmoins à réaliser un rendement malgré le contexte de taux faibles. Placer intelligemment, c’est aussi choisir les entreprises et les branches adéquates: si l’on s’attend à une hausse des taux d’inflation, il faut investir dans des entreprises en mesure d’augmenter les prix de leurs produits. Toutefois, à l’heure actuelle, les investisseurs ne doivent pas s’inquiéter des risques liés à l’inflation: des taux compris entre 1% et 3%, tels qu’enregistrés en Suisse, dans la plupart des pays de l’UE et aux USA, laissent présager des conditions économiques modérées à bonnes.

Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Évaluation (%t)

Ceci pourrait également vous intéresser