13.09.2018

«Au marché», «limité», «stop», etc.: les types d’ordres à connaître pour les opérations boursières

Pour réaliser des opérations en bourse (p. ex. via des plateformes de négoce en ligne ou en passant par un conseiller), il est préférable de commencer par se familiariser avec les bases du négoce. Notamment avec les différents types d’ordres des marchés boursiers, qui constituent le b.a.-ba en matière d’achat et de vente de titres. Quels sont les types d’ordres et quand utiliser lesquels? Vous trouverez ici les réponses à ces questions.

Un ordre de bourse comporte de nombreuses informations: l’investisseur souhaite-t-il acheter ou vendre? Combien de titres? Quelle est la durée de validité de l’ordre? Sans oublier, bien sûr: de quels titres s’agit-il, dans quelle devise et sur quel marché financier? À cela s’ajoute, selon les cas, la limite de prix, c’est-à-dire le fait que l’ordre ne doit être exécuté qu’à certaines conditions. La décision de l’investisseur d’opter ou non pour un ordre limité dépend principalement des attentes de ce dernier. Mais commençons par le plus simple. Voici les quatre principaux types d’ordres et leurs caractéristiques:

Ordre «au marché»: vendre ou acheter des titres le plus rapidement possible

L’ordre «au marché» (ou encore «au mieux») fonctionne comme ceci: dès qu’une contrepartie est disponible, il est exécuté au prix actuel du marché. Il n’y a pas de limite de cours, donc pas de limitation concernant le montant que vous payez ou percevez pour un titre. Vous ne contrôlez pas le prix final du titre. Cela peut être problématique, en particulier lorsque le volume d’échange des titres est faible. C’est pourquoi il est judicieux de jeter d’abord un œil au carnet d’ordres. L’ordre «au marché» est donc indiqué pour les investisseurs qui souhaitent vendre ou acheter des titres le plus rapidement possible.

Exemple: Simone souhaite acheter 50 actions ABC le plus rapidement possible. Elle passe en bourse un ordre «au marché». L’opération sera concrétisée dès que quelqu’un souhaitera vendre au moins 50 actions ABC. Le prix payé par Simone correspondra au cours du moment. Simone ne pourra donc rien entreprendre pour obtenir par exemple un prix unitaire de CHF 100.– ou de CHF 200.– pour ses 50 actions.

Ordre «limité»: éviter de vendre à un prix trop faible ou d’acheter à un prix trop élevé

Dans le cas d’un ordre «limité», vous définissez une limite de cours pour l’achat ou la vente du titre souhaité, ainsi qu’une période de validité de cet ordre. Cela vous permet de vous couvrir et d’éviter de payer les titres plus que vous ne souhaitez ou de les vendre à un prix inférieur au montant désiré. Il peut toutefois arriver que vous ne puissiez acheter ou vendre aucun titre, ou seulement quelques-uns; on parle alors d’«exécution partielle». Cela dépend du volume d’échange et de la limite que vous avez choisie.

Exemple: le cours actuel de l’action ABC est de CHF 160.–. Simone aimerait acheter 50 actions ABC au prix maximum de CHF 150.– par action. Elle passe en bourse un ordre «limité». Celui-ci sera exécuté dès que le cours de l’action ABC passera à CHF 150.– ou moins. Si, à ce moment-là, seules 20 actions ABC sont disponibles à l’achat, Simone n’obtiendra que 20 actions sur les 50 souhaitées.

Ordre «stop» ou «à seuil de déclenchement»: se prémunir contre les effondrements de cours

Dans le cas de l’ordre «stop» ou «à seuil de déclenchement», l’investisseur détermine un certain niveau de prix. Si le titre qu’il souhaite vendre atteint ce seuil ou moins, son ordre sera exécuté sous la forme d’un ordre au marché. Dans la plupart des cas, l’ordre «stop» n’est pertinent qu’à la vente – il permet de se prémunir contre une chute du cours ou une dépréciation importante inattendue.

Exemple: le cours actuel de l’action ABC est de CHF 160.–. Simone pense qu’il va chuter. Elle passe en bourse un ordre «stop» avec un seuil de déclenchement à CHF 150.–. La vente sera exécutée sous la forme d’un ordre «au marché» dès que le cours de l’action ABC atteindra CHF 150.– ou franchira ce seuil. Simone percevra donc au maximum CHF 150.– par action, et pourra éventuellement toucher beaucoup moins, puisque l’ordre ne sera exécuté qu’à partir du moment où suffisamment d’acheteurs seront prêts à acheter à un certain cours. Mais, en optant pour un tel ordre à seuil de déclenchement, elle s’assure que ses actions seront vendues au meilleur prix, avant que le cours de l’action ne s’effondre et qu’elle ne puisse plus vendre ses actions que pour une bouchée de pain. Elle n’a plus besoin de suivre en permanence l’évolution du cours.

Ordre «stop avec limite» ou «à plage de déclenchement»: aucun risque de vendre à prix trop bas

L’ordre «stop avec limite» ou «à plage de déclenchement» fonctionne sur le même principe que l’ordre «stop» ou «à seuil de déclenchement», mais uniquement jusqu’à une limite préalablement définie. Là aussi, vous définissez un cours déclencheur. Si le titre atteint ce cours, l’ordre ne sera cependant pas exécuté sous la forme d’un ordre «au marché», mais jusqu’à une limite de cours prédéfinie. Si le cours du titre chute en-deçà de ce seuil, l’ordre ne sera plus valable.

Exemple: le cours actuel de l’action ABC est de CHF 160.–. Simone s’attend à ce qu’il baisse, mais elle souhaite tout de même vendre à un bon prix. Elle passe en bourse un ordre «stop avec limite» avec un prix déclencheur de CHF 150.– et une limite à CHF 140.−. La vente sera exécutée sous la forme d’un ordre «au marché» dès que le cours de l’action ABC passera à CHF 150.– ou moins; en revanche, s’il franchit le seuil des CHF 140.−, elle sera stoppée. Il y a donc une forte probabilité pour que Simone perçoive entre CHF 140.– et CHF 150.– par action. De plus, elle ne risque pas de devoir vendre ses actions à un prix plus bas que souhaité. Mais elle court le risque, en cas de baisse forte et rapide du cours de l’action ABC, de voir son ordre expirer sans avoir vendu le moindre titre. C’est la raison pour laquelle il est recommandé de définir une plage de déclenchement (entre le seuil et la limite) pertinente.

Sachez encore qu’outre ces quatre types d’ordres qui viennent de vous être présentés, il existe bien d’autres possibilités de vendre ou d’acheter des titres, y compris en recourant à des modèles plus complexes. N’utilisez les différents types d’ordres que lorsque vous connaîtrez précisément vos attentes vis-à-vis du marché et les incidences de chacun d’eux.

Ceci pourrait également vous intéresser