Effet des intérêts composés

Les leçons à tirer d’une boule de neige pour constituer un capital à long terme

Une boule de neige qui dévale une colline devient toujours plus grosse. Dans le cas d’un placement financier à long terme, c’est exactement de la même façon que le capital fructifie. Le secret: l’effet des intérêts composés.

Dans la situation actuelle du marché, les comptes d’épargne ne rapportent pratiquement plus d’intérêts. Les fonds de placement offrent de meilleures opportunités de rendement: même avec de petits montants, le potentiel d’économie est considérable. En effet, le temps fait son office et les intérêts composés garantissent une forte fructification de la somme épargnée. Cet effet des intérêts composés suit le principe selon lequel plus un placement financier se poursuit longtemps, plus les intérêts composés prennent de l’ampleur.

Quelqu’un qui, à 35 ans, place CHF 200.– par mois à un taux d’intérêt de 4% pendant 30 ans, disposera d’un patrimoine de prévoyance de près de CHF 140’000.– à 65 ans. Si l’investisseur commençait son plan d’épargne à l’âge de 25 ans, il obtiendrait presque CHF 100’000.– de plus. Et ce, bien qu’il ne verse que CHF 24’000.– supplémentaires. Ces dix ans d’épargne additionnels génèrent donc 70’000 francs d’intérêts en plus.

Plus la période d’épargne est longue, plus le bénéfice augmente. Autrement dit, plus la période d’épargne est courte, moins l’effet des intérêts composés est important. Si une personne de 45 ans a encore 20 ans devant elle pour constituer son capital, celle-ci n’atteindra qu’un tiers du capital final de l’investisseur de 25 ans, et ce, au même taux d’épargne. Pour parvenir au même avoir d’épargne, le client de 45 ans devrait investir plus de trois fois la somme de départ tous les mois, soit presque CHF 650.–. Ainsi, plus on commence à épargner tôt, plus on peut tirer profit de l’effet des intérêts composés. On profite également de mensualités plus basses et d’un potentiel d’économie plus élevé.

Ceci pourrait également vous intéresser