Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Évaluation (%t)
Temps de lecture 4 minutes Temps de lecture 4 minutes
Créé le 17.01.2019

Ce qu’il faut faire et ne pas faire pour réussir une négociation salariale

Le salaire mensuel est l’argent avec lequel la plupart des gens subviennent à l’ensemble de leurs besoins. En Suisse, des négociations salariales ont souvent lieu en fin d’année. Les entretiens annuels avec le collaborateur / la collaboratrice sont l’occasion, non seulement d’évaluer les performances, mais aussi de négocier les salaires. Cet article vous apprendra la façon de tirer le meilleur parti de l’entretien avec votre supérieur(e).

En Suisse, les employés doivent financer leur subsistance avec leur salaire. Par conséquent, les négociations salariales sont souvent un thème chargé d’émotions. Quand on estime gagner trop peu, on peut être blessé dans son estime, mais cela peut aussi nous empêcher de mener la vie que nous aimerions. Bien qu’en Suisse on tende de plus en plus vers des échelons de salaire harmonisés et la parité des salaires, le salaire et l’augmentation de salaire font pour la plupart l’objet de négociations. Dans cet article, nous vous donnons des conseils pour mener avec succès une négociation salariale.

Les salaires moyens varient en fonction des cantons, des branches et de l’expérience

Avant d’aborder les conseils, il faut vous poser la question suivante: «Quel salaire me revient?» Pour y répondre, il vaut la peine d’étudier les salaires moyens. Saviez-vous qu’en Suisse un monteur gagne en moyenne CHF 5’656.– bruts par mois? Et un collaborateur administratif ou un secrétaire CHF 5’979.– par mois? Bien entendu, les salaires varient en fonction du canton, de la branche et de l’expérience. Malgré tout, la négociation salariale peut faire une différence importante en Suisse. Trouvez-vous votre salaire assez élevé par rapport aux salaires présentés?

Si ce n’est pas le cas, un entretien avec votre supérieur(e) à propos de votre salaire peut clairement se justifier. Si cette idée vous rend fébrile, il est préférable d’aborder le sujet de manière détendue. Voici par conséquent les façons dont vous ne devez en aucun cas négocier votre augmentation de salaire.

Négociation salariale

Vous ne devez en aucun cas demander une augmentation de salaire ainsi:

  • Aborder les augmentations de salaire ou le sujet d’un salaire plus élevé par WhatsApp, e-mail ou SMS
  • Susciter la compassion et justifier une augmentation de salaire par des problèmes personnels
  • Manifester un manque d’intérêt ou dire que le salaire n’est pas pertinent ou qu’il n’est pas important
  • Menacer son supérieur(e) de démissionner si l’on n’obtient pas d’augmentation de salaire

Nos conseils pour réussir une négociation salariale

Voici comment obtenir une augmentation de salaire grâce à une bonne négociation:

Bien se renseigner et bien se préparer

L’entretien doit être bien préparé. Recherchez le salaire minimal dans votre branche, vérifiez auprès de l’Office fédéral de la statistique à combien s’élève le salaire brut dans votre groupe professionnel et calculez le salaire que vous souhaitez par mois et par an. Calculez le montant du salaire dont vous avez concrètement besoin pour couvrir financièrement votre subsistance. Soyez réaliste à cet égard et tenez compte des salaires moyens.

Étayer son argumentation avec des succès mesurables

Justifiez vos performances de l’année passée avec des succès concrets et étayez votre prétention salariale avec des arguments tangibles. Montrez les raisons pour lesquelles vous contribuez à la réussite et qui font de vous un collaborateur de valeur. Des exemples concrets de succès récents constituent un bon moyen d’étayer vos prétentions.

Ne pas faire la première proposition

Attendez que votre supérieur(e) fasse une proposition. Si ce n’est pas possible, procédez comme suit: soulignez une nouvelle fois votre expérience et énumérez vos succès professionnels. Expliquez les objectifs que vous avez dans l’entreprise. Ensuite seulement, énoncez une prétention concrète.

Avoir de la patience

Écoutez tranquillement la proposition de votre supérieur(e). Donnez-vous un petit moment, puis faites une contre-proposition avec circonspection. Pour cela, appliquez la même tactique que celle énoncée ci-dessus. Rappelez vos qualités et vos objectifs professionnels. Ensuite seulement, abordez le salaire proposé.

Les négociations salariales ne sont pas des débats

Soyez toujours confiant et demeurez professionnel dans tous les cas. Essayez de ne pas trop montrer vos émotions et restez cool. Soyez impassible comme au poker.

S’il n’y a rien à faire du côté du salaire

Essayez de négocier un bonus ou ce qu’on appelle des avantages sociaux tels qu’une carte carburant, une participation aux transports publics ou à l’abonnement de votre téléphone mobile dans la mesure où ils s’avèrent importants pour l’exercice de votre activité.

Ne pas se laisser décourager

Convenez d’un nouvel entretien d’ici quelques mois. Si votre supérieur(e) reste ferme, la patience s’impose. Mais la question des salaires reviendra sûrement sur le tapis dans un an.

Si la négociation salariale ne fonctionne pas malgré nos conseils, il existe également d’autres options. L’une d’entre elles consiste à chercher un nouveau poste. Vous pouvez également augmenter vos revenus par d’autres moyens. Par exemple en exerçant une deuxième activité ou en plaçant votre argent judicieusement.

Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Évaluation (%t)

Ceci pourrait également vous intéresser