Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Créé le 18.01.2021

Sur la voie de l’innovation: plus de transparence grâce à «cardossier»

Lorsqu’il s’agit d’innovation, les chemins menant à la réussite sont divers et variés. Derrière «cardossier» se cache tout un écosystème commercial visant à rendre le marché automobile plus efficace et plus fiable. Mais comment un tel système a-t-il vu le jour? Explications par Matthias Loepfe du PFLab, le laboratoire d’innovation de PostFinance.

«Avec cardossier, nous aspirons à une démocratisation du marché automobile, pour des relations plus équitables», explique Matthias Loepfe. Cet innovation manager du PFLab est également président de l’association cardossier, qui orchestre la plateforme du même nom, où toutes les informations concernant le cycle de vie d’un véhicule sont répertoriées de manière exhaustive, de sa fabrication jusqu’à son élimination. Sur le marché des voitures d’occasion, par exemple, les avantages sont clairs: les revendeurs qui achètent des voitures d’occasion ne sont plus obligés de se fier uniquement aux informations fournies par le fabriquant, mais peuvent s’appuyer sur des données fiables. Mais pour les voitures neuves aussi, il est possible de configurer les processus commerciaux interorganisationnels avec plus d’efficacité. Jusqu’ici, l’échange de données nécessaire à cet effet posait de nombreuses difficultés.

Déjà 25 membres à bord

D’un point de vue technologique, la plateforme est une application basée sur la Distributed Ledger Technology (DLT): grâce à elle, les données du véhicule ne sont plus conservées séparément par chaque entreprise, mais gérées de manière collective et mises à la disposition des acteurs habilités sous une forme actualisée et de haute qualité. En outre, seules les personnes autorisées sont en mesure de modifier les données enregistrées. Pour que l’exploitation de la plateforme soit un succès, tous les acteurs du marché automobile concernés doivent être impliqués dans l’aventure. Et tous doivent être prêts à faire passer l’intérêt commun avant leur intérêt personnel. Depuis le lancement, environ 25 membres ont rejoint le projet: en plus d’entreprises privées, telles que des importateurs d’automobiles ou des compagnies d’assurances, il s’agit notamment d’associations professionnelles et d’offices de la circulation routière. Loepfe explique: «Nous sommes le premier écosystème commercial numérique public-privé basé sur la DLT à avoir été mis en service en Suisse et au Liechtenstein. Ce système est en quelque sorte notre fonds commun numérique.»

Points essentiels à la mise sur pied de «cardossier»

En tant que fournisseur de solutions de paiement, PostFinance est non seulement membre de l’association, mais elle met aussi des ressources à disposition pour les projets d’innovation à travers le PFLAb, son laboratoire d’innovation. Ce faisant, elle acquiert de l’expérience en matière d’écosystèmes commerciaux. En ce qui concerne cardossier, le chemin à parcourir est encore long. «Nous ne sommes pas encore parvenus à notre objectif, et nous allons certainement apprendre encore beaucoup», déclare Loepfe. Dans ce sens, les facteurs de succès qu’il énonce ci-après pour les projets d’innovation ne sont de loin pas exhaustifs:

Facteur de réussite 1: commencer avec les bons partenaires

«Pour commencer, il faut une sélection d’acteurs importants qui veulent et peuvent jouer un rôle de précurseur. Leur nombre ne doit être ni trop bas, ni trop élevé. En effet, si les partenaires sont trop peu, la pertinence fait défaut; à l’inverse, s’ils sont trop nombreux, le système devient inefficace. Par ailleurs, il est essentiel que des entreprises phares, qui donnent un signal fort, participent au projet. PostFinance, par exemple, a répondu présente dès la création de l’association.»

Facteur de réussite 2: diriger et montrer la voie aux parties prenantes

«Pour faire avancer un projet impliquant un grand nombre de partenaires, comme chez cardossier, il est indispensable que quelqu’un montre la voie, représente la vision du projet et garde un œil sur le fil rouge pour veiller à ne pas s’en écarter. Comme il s’agit de convaincre de nombreuses parties prenantes de rejoindre l’aventure, des compétences sociales sont nécessaires.»

Facteur de réussite 3: persévérer jusqu’à l’objectif final

«Même si, chez cardossier, de nombreux points demeurent inconnus et incertains, l’objectif à long terme reste clair: nous entendons apporter de la transparence dans l’écosystème automobile et établir une relation de confiance et de fiabilité entre tous les partenaires commerciaux. Pour les parties prenantes, cela implique de devoir composer avec des incertitudes, mais aussi de savoir montrer certaine force de caractère. Lorsqu’on poursuit un objectif, il n’est pas rare de traverser des phases difficiles au cours desquelles on n’est pas sûr d’avancer dans la bonne direction. Il faut alors savoir faire preuve de résilience et d’une persévérance à toute épreuve.»

Facteur de réussite 4: définir les règles du jeu

«Dans un écosystème commercial, pour éviter un déséquilibre des forces, il convient d’établir clairement les règles du jeu, les valeurs et les principes. Tout le monde doit apporter sa pierre à l’édifice et pouvoir avoir son mot à dire. Cela nécessite aussi une réorientation culturelle, de tous les côtés.»

Plus d’informations sur le PFLab

Le laboratoire d’innovation de PostFinance a pour vocation d’innover en tentant des expériences et en lançant des projets pilotes sur des thématiques d’avenir. Il joue ainsi un rôle décisif dans le développement des futurs projets commerciaux de PostFinance. Il accompagne les projets d’innovation, comme cardossier, sur la voie de la réussite.

Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Merci pour l’évaluation
Évaluer l’article

Ceci pourrait également vous intéresser