News

Coordonner le déploiement est primordial

Epsitec distribue sous le nom de Crésus différents produits logiciels dédiés aux PME qui ont tous été adaptés aux nouveaux formats ISO 20022 dans le cadre d’un projet pilote avec PostFinance. Près de 15’000 clients les utilisent désormais. Olivier Leuenberger, directeur adjoint d’Epsitec, dresse un bilan dans cet entretien, notamment en ce qui concerne le déploiement.

Du point de vue de la technique de programmation, le passage du logiciel à la norme ISO 20022 n’a pas été si compliqué, confie avec du recul le directeur adjoint de la société Epsitec SA, Olivier Leuenberger. La société de logiciel sise à Yverdon-les-bains a adapté ses produits logiciels Crésus pendant les quatre derniers mois de sorte à les rendre compatibles avec la norme ISO 20022. Les besoins des clients étaient au centre des préoccupations dans ce processus. «Nous ne nous sommes pas contentés de tout mettre en œuvre pour proposer une solution particulièrement simple d’utilisation, mais il nous a aussi fallu accompagner étroitement les clients lors de la migration», souligne-t-il. 

 

Planifier la migration ensemble

Mais cela ne saurait être le fruit d’une initiative individuelle car une migration réussie nécessite l’interaction entre le fournisseur de logiciels, PostFinance et les clients communs. Ainsi, PostFinance doit également apporter des modifications à ses systèmes, notamment pour les inscriptions au débit et les notifications, et ce de concert avec les clients.  «Il est nécessaire de déterminer qui doit, et à quel moment, informer les clients au sujet du projet global et des prochaines étapes.» La répartition des tâches n’a pas fonctionné d’emblée dans le cadre du projet pilote. «Certains de nos clients étaient quelque peu surpris d’avoir reçu l’invitation à la migration directement de la part de PostFinance. Sur la base de ces expériences réalisées durant la phase pilote, PostFinance a établi un plan de déploiement garantissant une coordination optimale dans cette étape du processus (voir l’article «Handshake»). Mais de manière générale, la migration s’est aussi déroulée sans problème. «Par exemple, pour les migrations OPAE, les clients n’avaient qu'à cocher la case ‹ISO 20022› sous Paramètres. Cela a donc pris très peu de temps, pour les clients comme pour nous.» La migration s’est déroulée en deux étapes: dans un premier temps, seul un petit nombre de clients ont été migrés, puis un plus grand nombre dans un second temps. Désormais, près de 15'000 clients de Crésus travaillent avec les produits logiciels compatibles avec la norme ISO 20022.

 

Toujours en première ligne

Grâce à son rôle dans le projet pilote, Epsitec a été l’un des premiers fournisseurs de logiciels à avoir introduit des produits conformes à ISO 20022 sur le marché. Il est dans la nature des choses que des projets pilotes tels que celui-ci engendrent des boucles supplémentaires inattendues. «Ainsi, nous avons notamment dû réaliser un outil intermédiaire qui n’était pas prévu afin d’être en mesure de lire les fichiers dans l’ancien format et d’écrire dans le nouveau.» PostFinance ne disposait pas non plus de tous les instruments dans la qualité espérée dès le départ. «A ce moment-là, la plateforme de tests n’était pas encore parfaitement au point. Nous travaillions souvent selon la méthode essai-erreur», explique Monsieur Leuenberger. Toutefois, cela a changé en cours de projet. «PostFinance a optimisé en permanence la plateforme de tests, si bien que celle-ci est devenue pour nous un instrument indispensable.» En fin de compte, la plateforme de tests ainsi que la collaboration générale ont très bien fonctionné. «Le fait que nous avions un seul interlocuteur chez PostFinance qui a développé le projet avec nous de A à Z nous a beaucoup aidé.» 

D’ailleurs, Epsitec a également été le premier fournisseur de logiciels à se pencher sur l'adaptation du BPR (bulletin de paiement avec numéro de référence) à la norme ISO. «La compréhension du processus d'impression est de loin l’étape qui nous a pris le plus de temps. En effet, les BPR nécessitent un papier spécial», explique Olivier Leuenberger en adressant un clin d’œil.  

La liste de tâches s’allonge constamment

Pour Olivier Leuenberger, le temps représente un facteur critique pour les adaptations liées à l’harmonisation du trafic des paiements. «Nous avions compté trois à quatre mois pour le projet pilote avec PostFinance. Nous avons parfaitement respecté ce calendrier», affirme-t-il. Mais il faut maintenant procéder aux adaptations à la norme ISO 20022 avec tous les autres établissements bancaires. «Pour nous autres, fournisseurs de logiciels, le problème réside dans le fait que nous ne savons pas à quel moment les différentes banques effectuent la migration. J’aurais apprécié une meilleure coordination de la part de la place financière suisse», souligne-t-il. A cela s’ajoutent les migrations vers l’Electronic Banking Internet Communication Standard (EBICS) et l’introduction du code QR pour les versements. 

Par conséquent, les partenaires logiciels doivent inévitablement entamer les travaux le plus tôt possible. Les clients de PostFinance seront passés à la norme ISO 20022 d’ici à fin 2017. «En tant que fournisseur de logiciels, nous ne pouvons en aucun cas éviter les adaptations. Et si le logiciel n’est pas prêt pour le passage à ISO 20022, les clients ne pourront tout simplement plus travailler avec celui-ci à partir de 2018», explique Monsieur Leuenberger. C’est pourquoi PostFinance recommande à tous les partenaires logiciels de procéder à la migration au plus tard avant mi-2017.

A propos d’Epsitec

Créée en tant que spin-off de l’EPFL en 1978, la société Epsitec développe et commercialise à cette époque l’ordinateur professionnel innovant. «Avant même le premier Apple Macintosh», précise le directeur adjoint Olivier Leuenberger. Depuis 1994, Epsitec propose des produits logiciels commercialisés sous la marque Crésus. L’entreprise compte parmi les principaux fournisseurs de logiciels destinés aux PME en Suisse romande et emploie environ 20 collaborateurs et collaboratrices.