Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Temps de lecture 4 minutes Temps de lecture 4 minutes
Créé le 27.08.2020

Working Capital Management 2020: défis et opportunités

La nouvelle étude Working Capital Management (WCM) de l’Université de St-Gall apporte un éclairage sur les évolutions en cours dans la «Supply Chain Finance» et en tire des conclusions riches en enseignements pour la gestion de l’actif circulant net sur toute la chaîne de création de valeur. Nous faisons le point sur les résultats de l’étude avec Hannes Polit, responsable WCM chez PostFinance, tout en évoquant les défis auxquels sont confrontées les entreprises en raison de la crise.

L’étude WCM 2020 révèle que, dans un contexte marqué par la crise du coronavirus, la gestion des liquidités et de l’actif circulant net est de nouveau à la une des priorités des entreprises. Est-ce à dire que l’importance du Working Capital Management (WCM) va s’ancrer plus fortement et durablement dans les esprits?

Hannes Polit: En tout état de cause. Ces dernières années, du fait de la faiblesse record des taux d’intérêt, les entreprises ont pu facilement disposer de liquidités en bénéficiant de conditions très favorables. Toutefois, la crise qui sévit aujourd’hui fragilise les chaînes d’approvisionnement, ce qui a pour effet d’engendrer des problèmes de liquidités. Afin de les anticiper et de les maîtriser au mieux, il convient d’assurer une gestion perspicace des fonds de roulement.

Mais qu’entend-on ici par «perspicace»?

S’il est vrai que, traditionnellement, les entreprises suisses n’ont pas de problèmes de liquidités, la crise du coronavirus a changé la donne et bon nombre d’entre elles sont confrontées à des défis particuliers dans ce domaine. Comme le montre l’étude WCM 2020, elles tendent de plus en plus à différer leurs paiements pour préserver leurs liquidités. Ce sont surtout les petites et moyennes entreprises qui mettent très longtemps à régler les factures pour leurs approvisionnements en produits et en marchandises. Les relations entre fournisseurs et clients sont donc mises à l’épreuve et il faut s’attendre à une forte augmentation du nombre de cas de faillites. En faisant un usage perspicace des différents instruments de Working Capital Management, les entreprises peuvent couvrir leurs besoins en liquidités à long terme et surmonter la crise actuelle afin d’éviter un effet «domino» d’un bout à l’autre de la chaîne d’approvisionnement.

Selon l’étude, l’allongement des délais de paiement sans concertation avec les fournisseurs est la solution actuellement privilégiée par les entreprises, mais ce n’est pas la bonne approche. Quelles sont les autres manières de procéder?

Pour les entreprises, il s’agit d’examiner les moyens d’optimiser le WCM sur toute la chaîne d’approvisionnement et de prendre des mesures en conséquence, par exemple en mettant en place un processus classique de Reverse Factoring ou un programme de Payables Finance, tels que ceux proposés par PostFinance. Ces deux instruments de la Supply Chain Finance permettent à l’acheteur de bénéficier de délais de paiement plus longs sans que le fournisseur en pâtisse.

L’étude WCM 2020 rend compte de l’évolution de la performance financière des entreprises qui appliquent rigoureusement des instruments de Supply Chain Finance (SCF). Quels en sont les résultats?

L’étude montre que le recours à des programmes SCF profite non seulement à tous les maillons de la chaîne d’approvisionnement mais aussi à l’entreprise elle-même: en moyenne, tous secteurs confondus, ces entreprises pratiquant la SCF obtiennent un cycle C2C plus court de 28 jours environ et affichent en moyenne un rendement du capital investi de 40% supérieur à celui enregistré par leurs concurrents. La Supply Chain Finance permet donc d’instaurer des conditions gagnant-gagnant. En outre, la structure de financement positive des entreprises adeptes de la SCF tient aussi au fait qu’elles accordent généralement une plus grande importance que les autres à la thématique du WCM et qu’elles disposent ainsi de différents leviers pour améliorer le rendement des capitaux engagés (ROCE) (voir l’illustration).

L’illustration montre que le Return on Capital Employed (abrégé: ROCE) se calcule en déduisant les coûts du chiffre d’affaires et en divisant ce nombre par le patrimoine investi additionné aux actifs circulants nets. Les actifs circulants nets peuvent ainsi être influencés par levier en fonction des créances, des stocks et des engagements envers les fournisseurs.
Légende: Effet de levier des fonds de roulement pour un impact positif sur le Return on Capital Employed (ROCE).

La SCF est-elle réservée aux grandes entreprises ou s’adresse-t-elle aussi aux PME?

En principe, cela vaut aussi bien pour les PME que pour les grandes entreprises. Néanmoins, le plus souvent, les programmes SCF ne sont proposés qu’aux très grandes sociétés justifiant de volumes d’achats qui se chiffrent en milliards. PostFinance propose pour sa part une solution de Reverse Factoring dès un volume de financement de 5 millions de francs, ce qui permet aux petites et moyennes entreprises d’en profiter.

Portons un regard sur l’avenir du WCM: dans les mois à venir, quels seront les principaux défis à relever par les entreprises dans leur démarche de gestion de l’actif circulant net?

Actuellement, beaucoup d’entreprises ont aussi à cœur de se préparer pour la reprise, qu’elles espèrent proche. En témoigne la nette augmentation de la demande qui se fait sentir en matière de produits WCM. Il y a donc fort à parier que le WCM restera un enjeu majeur lors de cette phase de relance. Lorsque la crise aura été pleinement surmontée, sans doute dans deux ou trois ans, il est probable qu’il perdra de nouveau quelque peu en importance, mais il figurera toujours sur la liste des dix principaux sujets de préoccupation des directeurs financiers. Aujourd’hui, il est beaucoup plus difficile qu’auparavant d’anticiper les évolutions futures, et c’est là l’un des grands défis à relever par les entreprises. La première vague de la pandémie de coronavirus a eu des conséquences économiques dont beaucoup ne se feront vraiment sentir qu’aux troisième et quatrième trimestres. En outre, le risque d’une seconde vague ne peut pas encore être totalement exclu. Concrètement, cela signifie que les entreprises vont bientôt devoir se poser les questions suivantes:

  1. Mes fournisseurs seront-ils payés dans les délais convenus?
  2. Mes chaînes d’approvisionnement reposent-elles sur des fondements solides?
  3. Mon entreprise dispose-t-elle de suffisamment de liquidités pour régler les factures des fournisseurs?

Si l’une (au moins) de ces trois questions soulève des incertitudes, les entreprises devront trouver des solutions.

Quel est le soutien apporté par l’équipe WCM de PostFinance en la matière?

Avec nos solutions de WCM, nous aidons nos clients à générer des liquidités à partir de leur propre chaîne d’approvisionnement et à optimiser leurs fonds de roulement. Contrairement aux crédits, nos produits sont sans effet sur le ratio d’endettement. De plus, ils permettent aux entreprises de bénéficier de conditions de financement attractives, grâce à l’excellente cote de crédit de PostFinance, tout en profitant de la simplicité de solutions automatisées, accessibles en ligne. Enfin, les entreprises peuvent compter sur les conseils dispensés par nos experts en WCM, s’appuyant sur une méthode d’analyse éprouvée, pour les orienter vers une solution WCM rigoureusement adaptée à leurs besoins.

Hannes Polit

À propos de Hannes Polit

Hannes Polit est responsable de l'unité Sales & Consulting, rattachée à Working Capital Management, chez PostFinance.Fort de plus de 15 ans d’expérience dans le conseil en matière de management appliqué au domaine financier, il a notamment travaillé chez PwC et IBM. Il est spécialisé dans le controlling, la présentation des comptes internationale ainsi que les fusions et acquisitions. En dernier lieu, Hannes Polit était responsable de la migration de 50 000 clients commerciaux et de 500 partenaires logiciels dans le cadre de l’harmonisation du trafic des paiements en Suisse chez PostFinance. Cet économiste d’entreprise diplômé est titulaire d’un MAS Corporate Finance délivré par la Haute école de Lucerne.

Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Merci pour l’évaluation
Évaluer l’article

Ceci pourrait également vous intéresser