Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Évaluation (%t)
Temps de lecture 3 minutes Temps de lecture 3 minutes
Créé le 12.11.2018

Trois constats issus des activités de conseil en Working Capital Management

Les experts WCM de PostFinance accompagnent les entreprises dans le processus de définition et de mise en œuvre de mesures de Working Capital Management. Les trois constats présentés ci-après sont le fruit de longues années d’activités de conseil.

Pour une entreprise, les liquidités sont à la base de nombreux indicateurs clés. C’est la raison pour laquelle le Working Capital Management relève d’une fonction centrale de l’entreprise, qu’il s’agisse d’une PME ou d’un grand groupe. Dans le cadre de nos activités de conseil auprès de nombreuses entreprises clientes, nous sommes arrivés à trois constats essentiels. Nous vous les dévoilons pour vous aider à optimiser votre actif circulant et à accroître votre rentabilité.

Constat 1: il est possible d’obtenir d’excellents résultats en matière de fonds de roulement

Forts de l’expérience acquise dans le cadre notre activité de conseil, nous savons que toutes les entreprises ou presque ont le potentiel d’optimiser leurs fonds de roulement. Par exemple, elles peuvent apporter des améliorations au niveau des dettes et créances non soldées ou encore, si elles exercent des activités de négoce ou de production, dans la gestion des stocks. Moyennant une analyse rigoureuse et des mesures ciblées, comme par exemple l’affacturage,  elles obtiendront des résultats impressionnants. C’est ce que montrent notamment les deux études de cas présentées ci-après. Issues du conseil WCM de PostFinance, elles portent sur l’affacturage.

Cas n° 1: dans une entreprise de production réalisant un volume de ventes de 150 millions de francs par an, l’affacturage a permis de réduire le montant du capital lié de 25 millions de francs. Idem pour les frais financiers, qui sont passés de 6% (WACC, taux de frais pondéré pour les capitaux propres et externes) à 1,2% (voir illustration, valeurs à titre d’exemple).

Exemple chiffré de l'affacturage pour une entreprise de fabrication

Cas n° 2: dans une grande entreprise, il a été possible d’accroître le résultat financier de plus de deux millions de francs et de réduire d’autant les coûts des achats grâce à l’escompte dynamique, (voir illustration, valeurs à titre d’exemple).

Exemple chiffré de l’escompte dynamique pour une grande entreprise

Exploitez le potentiel du Working Capital Management pour votre entreprise. Optez pour l’affacturage ou l’escompte dynamique, ou pour d’autres solutions comme le reverse factoring. Les mesures prises se répercutent sur vos liquidités, la structure de votre capital et vos frais financiers mais aussi, in fine, sur votre résultat et votre performance d’entreprise. 

Constat n° 2: plus la solution est personnalisée, plus l’effet s’en trouve augmenté

Pour que les solutions de Working Capital Management aient le plus d’impact d’impossible et permettent d’optimiser au maximum les fonds de roulement, elles doivent être conçues sur mesure pour l’entreprise. Les questions comptables, par exemple, constituent un point important. Dans le cadre des solutions bancaires surtout, il convient de s’assurer que les effets visés par les mesures sur les fonds de roulement pourront effectivement se réaliser. Ainsi, si une solution d’affacturage est mise en œuvre, il faut que les experts-comptables acceptent les montants établis dans le cadre du controlling en tant que dettes liées aux livraisons ou prestations, et ne les déclarent pas comme engagement financier. Pour qu’il en soit vraiment ainsi dans la pratique, le conseiller WCM doit justifier d’un haut niveau d’expérience. De plus, une solution personnalisée est le gage d’une intégration sans faille dans vos outils et vos systèmes existants, tout en permettant aussi d’éviter des surcoûts injustifiés. Il faut donc miser sur des approches créatives en se concentrant toujours sur le rapport coût-utilité. Par exemple, il peut être intéressant de ne prendre des mesures WCM que pour les postes importants et de laisser de côté les montants de facture peu élevés.

Constat n° 3: les fonds de roulement doivent être évalués avec discernement

Dans le cadre de nos activités de conseil en WCM, nous constatons que les entreprises utilisent les méthodes les plus diverses pour évaluer les fonds de roulement. Alors que certaines se fondent sur le coût du financement externe, d’autres utilisent le coût moyen pondéré du capital basé sur les coûts des fonds externes et des fonds propres (chiffre clé WACC), voire même le LIBOR, comme base d’évaluation. D’autres encore optent pour un pourcentage de calcul constant, par exemple 10%, quel que soit le niveau des intérêts. Une approche couramment adoptée pour apprécier les coûts des fonds de roulement consiste à se référer au coût moyen pondéré des fonds propres et externes (WACC) en établissant une concordance entre les échéances des réserves, des créances et des dettes, d’une part, et celles des intérêts, de l’autre. Les valeurs liées à court terme sont évaluées avec des intérêts à court terme, les valeurs à long terme avec des intérêts à long terme. En appliquant cette méthode, vous constaterez vite que vos fonds de roulement occasionnent des coûts relativement élevés et que les solutions comme l’affacturage, le reverse factoring ou l’escompte dynamique offrent des possibilités attrayantes pour réduire ces coûts, tout en permettant de mettre en place des situations véritablement gagnant-gagnant sur toute la chaîne de création de valeur (raison pour laquelle on parle aussi de solutions de «Supply Chain Finance»).

Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Évaluation (%t)

Ceci pourrait également vous intéresser