Cette page a une évaluation moyenne de %r sur un maximum de 5 étoiles. Au total, %t évaluations sont disponibles.
Évaluation (%t)
Temps de lecture 3 minutes Temps de lecture 3 minutes
Créé le 12.11.2018

Trois raisons pour lesquelles le Working Capital Management conditionne la réussite de votre entreprise

Les fonds de roulement sont un bon indicateur de la performance opérationnelle et de la santé financière à court terme d’une entreprise. Une gestion rigoureuse des fonds de roulement permet d’optimiser les liquidités, et donc la capacité de financement. Nous vous donnons trois bonnes raisons de faire du Working Capital Management un instrument central de gestion financière dans votre entreprise.

Raison 1: gagner en marge de manœuvre

Le Working Capital Management permet de piloter judicieusement les flux financiers dans l’entreprise. En adoptant une approche professionnelle en matière de gestion des fonds de roulement (avec le Working Capital Management), l’entreprise se dote d’une plus grande marge de manœuvre financière. Elle peut optimiser ses liquidités, accroître sa capacité d’autofinancement et réduire ses frais financiers, tout en améliorant sa marge opérationnelle et sa rentabilité. 

L’impact positif du WCM sur les principaux objectifs de l’entreprise en termes de liquidités, de rentabilité et d’efficience des processus a été confirmé par les participants à l’étude WCM annuelle du Supply Chain Finance-Lab de l’Université de St-Gall.

Raison 2: prendre les bonnes décisions sur la base de chiffres clés du WCM

Tous les chiffres clés se rapportant au WCM doivent être considérés dans le contexte spécifique à l’entreprise et à son secteur d’activité. Quand il s’agit d’interpréter les chiffres, il faut aussi toujours tenir compte des facteurs moteurs pour l’entreprise et des particularités du secteur où elle opère.

Le cycle cash-to-cash (cycle C2C) représente l’une des principales valeurs de référence du WCM. Il est l’indicateur central pour évaluer le niveau de performance des entreprises ou des secteurs d’activité. Il rend compte du cycle de conversion de trésorerie dans l’entreprise en nombre de jours écoulés entre le paiement des fournisseurs et les versements des clients, y compris l’ensemble de la rotation des stocks.

Le cycle C2C intègre les trois composantes suivantes:

Le graphique illustre le flux de trésorerie au sein d'une entreprise, depuis la commande de matières premières, en passant par la livraison des produits finis, jusqu'à la réception du paiement.

Le cycle C2C est un chiffre clé très utile pour déterminer le potentiel d’amélioration en matière de WCM. Par exemple, une valeur DIH (Days Inventories Held) élevée est le plus souvent révélatrice d’un manque d’efficience dans la gestion des stocks, sauf si elle se justifie par le fait que la disponibilité des marchandises est un objectif majeur pour l’entreprise.

Selon l’étude WCM du Supply Chain Finance-Lab de l’Université de St-Gall, les entreprises suisses affichent depuis des années un cycle C2C relativement long par rapport à leurs homologues des autres pays d’Europe: elles paient leurs fournisseurs plus que ponctuellement et, en moyenne, elles enregistrent les niveaux de DIH les plus hauts.

Par ailleurs, il s’avère qu’il existe une corrélation non linéaire entre la performance de l’entreprise, qui correspond plus ou moins à la valeur RCE (rendement des capitaux engagés), et le cycle C2C. Ce qui conduit à formuler deux hypothèses:

  • Il existe un niveau optimal de Working Capital, où les effets positifs compensent les effets négatifs. Il dépend de divers facteurs, et notamment du secteur d’activité de l’entreprise.
  • Une réduction de l’actif circulant net n’a d’effets positifs sur la performance que jusqu’à un certain point, ce qui correspond à une règle d’or du bilan, à savoir qu’il convient d’harmoniser la durée d’immobilisation du capital et la durée de financement. 

Raison 3: utiliser le WCM comme une boussole

La gestion de l’actif circulant est une tâche qui s’inscrit dans la durée et qui doit être ancrée dans la stratégie à l’échelle de l’entreprise toute entière. Cette dernière pourra ainsi utiliser le Working Capital Management comme une boussole et, par exemple définir en conséquence la conduite à tenir vis-à-vis des clients et des fournisseurs. Comme il y a toujours des intérêts différents en jeu, tant au sein de l’entreprise qu’à l’extérieur, le WCM aide à classer les tâches par ordre de priorité et fournit une précieuse orientation.

En résumé, on peut dire que le Working Capital Management  est un bon moyen d’arriver à maintenir un sain équilibre entre l’actif circulant et la dette à court terme et à préserver la rentabilité, même en cas de coexistence de différents points de vue.

La conjoncture actuelle est sans aucun doute propice à un examen approfondi des principaux chiffres clés. En effet, un revirement des taux d’intérêt est de plus en plus probable, ce qui aura un impact majeur sur les fonds de roulement. De plus, avec l’essor du numérique, il y a de formidables opportunités à exploiter en matière de gestion des débiteurs, des créanciers, des stocks et des liquidités. Il est important de ne pas les laisser passer.

Vous pouvez évaluer la page en attribuant 1 à 5 étoiles, les 5 étoiles constituant la meilleure note.
Évaluation (%t)

Ceci pourrait également vous intéresser